Année 1885, janvier à décembre

/Année 1885, janvier à décembre
Année 1885, janvier à décembre 2018-03-30T16:40:54+00:00

Il y a 125 ans de janvier à décembre 1885

Affaires paroissiales

Monsieur le curé fait exécuter sous sa surveillance les travaux d’achèvement de l’intérieur de notre église qui sera, après l’exécution de ces travaux, « un vrai petit bijou ». Monsieur Francis Dion, un habile sculpteur bien connu dans nos contrées pour ses oeuvres d’art, a réalisé des autels d’une remarquable beauté.

Notre paroisse comptait au début de l’année 1885, 2 045 habitants, dont 1 186 adultes et 859 enfants répartis en 357 familles. On constate une augmentation de 135 habitants en un an, dont 76 adultes et 59 enfants répartis en 29 familles, dont 27 d’entre elles reviennent des États-Unis. Ont eu lieu en 1984, 115 baptêmes, 30 sépultures dont 8 enfants et 15 mariages. Ces chiffres étaient jugés prometteurs par le milieu.

Le 19 mars 1885, a eu lieu une profession et prise d’habit d’une jeune fille originaire de Weedon. Mlle Adèle Gauthier faisait alors partie d’un groupe de plus d’une quinzaine de nouvelles professes provenant de la région de St-Hyacinthe et d’aussi loin que Holyoke, aux États-Unis.

Affaires judiciaires

En janvier 1885, Dame Casildé Brière, du Canton de Weedon dans le District St-François a été dûment autorisée par un juge de la Cour Supérieure à instituer une action de séparation de biens contre le défendeur Onésime Trottier, commerçant du même canton.

L’arrivée du notaire C.-V. Brunelle a permis sa nomination comme commissaire de la cour supérieure du district de St-François.

Affaires municipales

Dans le Canton de Weedon, les élections se sont passées paisiblement. Monsieur Louis Després, de même que Raymond Fontaine pour remplacer Joseph Bourque, ont été élus échevins et Charles Tanguay a été maintenu dans ses fonctions de maire.

Le conseil municipal « a encore fait oeuvre de sagesse en portant un règlement prohibant la vente des liqueurs alcooliques dans notre localité »… « La colonisation marche mieux sans alcool… ». Par contre au mois de mai, monsieur C.-A. Dubuc a obtenu sa licence pour la tenue d’une maison de tempérance. Il continuera à recevoir le public voyageur dans son établissement situé près de la station du chemin de fer à Weedon Station.

Notre concitoyen, J.-B. Brodeur, commerçant à la station de Weedon vient d’obtenir une licence pour la vente des liqueurs, d’après les dispositions de la loi des licences de Québec.

À l’assemblée trimestrielle du conseil de comté de Wolfe tenue à Ham-Sud en mars, monsieur Charles Tanguay a été élu à l’unanimité préfet par les maires du territoire.

Milieu des affaires

Monsieur Alphée Fontaine bâtit dans le Canton de Weedon une fromagerie pour laquelle il a fait l’acquisition de tout le nécessaire. L’industrie laitière s’est développée dans nos cantons avec une rapidité étonnante depuis quelques années. Le commerce de nos fromages compte pour beaucoup dans les revenus de la ferme.

Notre notable commerçant, monsieur J.-H. Gendron a l’intention de vendre sa propriété près de la scierie de messieurs Pitré et Beaubien, située dans le futur territoire du Lac Weedon.

On annonce que monsieur P.-E. Lavergne, arpenteur viendrait s’établir dans la municipalité.

La chaux venant de Hudon, Tremblay et Cie de Lac Weedon a été utilisée par l’entrepreneur pour les travaux de construction de l’église de Coaticook. Au mois de mai, un groupe de citoyens d’influence, dont A.-R. Hudon fait partie, est en voie de se former en compagnie dont le capital pourrait s’élever à 10 000 $. Le dépôt est étendu et prometteur puisque cette carrière serait « l’une des plus riches de la province et presque inépuisable ».

Monsieur Napoléon Gingras, un marchand de Lewiston, Maine et commissaire des écoles catholiques de sa localité laisse planer l’idée qu’il reviendra s’installer dans le Canton de Weedon où il avait déjà demeuré.

À Lac Weedon, la scierie qui a changé de nom réussit à augmenter ses affaires. On y a fait 3 500 000 pieds de bois qu’elle devrait livrer à destination au printemps.

Les projets ne manquent pas dans cette future municipalité depuis 1880 particulièrement. On pense y ériger prochainement une église et y déménager le bureau d’enregistrement du comté de Weedon. Au cours de l’été, on y mettra en opération une machine nouvelle pour fabriquer les clisses à presser le foin.

Décès et maladie

Lundi le 9 février 1885 est survenu, après une courte maladie, le décès de monsieur Adolphe Guénette, notaire résident dans le Canton de Weedon. Né à Montréal en 1826, il avait servi comme clerc et étudié le notariat à Farnham. Puis il a pratiqué sa profession à L’Ange-Gardien durant 9 ans et est venu s’établir à Weedon en 1865. Il a acquis « une honnête aisance au moyen de sa clientèle et aussi avec les revenus de sa ferme, car il était aussi bon agriculteur »… ! « En politique, il était de l’école des patriotes de 1837-38, mais il ne partageait point les idées avancées du rougisme. Il regrettait vivement l’exploitation des préjugés religieux dans l’intérêt d’un parti au détriment de l’autre; et il déplorait les luttes fratricides qui séparent depuis si longtemps la Province de Québec. Bon point en sa faveur, il est resté libéral convaincu, malgré des obstacles et des tentations de tout genre, les trois quarts et demi des gens qui l’entouraient étant des conservateurs en tout crin. Il a préféré vivre plus pauvre, mais sans agir contre les dictées de sa conscience. Le canton conservera de lui le meilleur souvenir… ».

Suite à ce malheureux décès, monsieur C.-V. Brunelle, N.P. vient installer son étude parmi nous.

Un de nos anciens, monsieur Jean Lagacé, est décédé subitement à l’âge de 82 ans. Il fut trouvé inanimé dans un fossé près de la source d’eau où il allait puiser de l’eau pour ses bestiaux.

À Groton, Vermont, monsieur John Angus McLeod a été tué lors d’une explosion d’une chaudière dans l’usine où il travaillait comme gardien de nuit. Les dégâts à l’usine ont été considérables tellement qu’il est étonnant qu’il n’y ait pas plus de morts d’hommes.

En juillet, messieurs Zotique et Rémi Fortin qui sont marchands à Weedon sont allés passer la belle saison sur mer pour améliorer leur santé.