Année 1887, de juillet à décembre

/Année 1887, de juillet à décembre
Année 1887, de juillet à décembre 2018-03-30T17:08:31+00:00

Année 1887, juillet à décembre

La vie paroissiale et religieuse

Une cérémonie imposante a eu lieu lors de l’ordination de Edmond Tanguay, deuxième fils de Charles Tanguay de Weedon. Mgr Antoine Racine, évêque de Sherbrooke accompagné de l’abbé Fisette, a présidé la cérémonie. Une assistance nombreuse a rempli l’église St-Janvier pour accueillir le premier fils de la paroisse à être élevé à la prêtrise. La Société Ste-Cécile a exécuté les différents morceaux sous l’habile direction du professeur Moreau. Madame Lacerte, épouse de notre docteur, a habilement touché l’orgue pour l’occasion. Une vingtaine de prêtres des environs y assistaient. Après la fête les parents du nouveau célébrant se sont rendus prendre un dîner chez Charles Tanguay dans Weedon Station.

Milieu d’affaires

Il y aura vente par le Shérif C.W. Whitcher pour le demandeur Antoine Tétreault, domicilié à Agawam, Massachusetts, d’une partie lot numéro 18 du rang I du Canton de Weedon s’étendant sur trois arpents de large par 19 arpents de profond ainsi que la maison et les dépendances qui appartiennent à Napoléon Fontaine du Canton de Weedon.

Ant. Trahan fait une grande publicité pour les produits que fabrique la scierie Trahan située à Trahan’s Mills sur la ligne du Québec Central. On y fabrique toutes sortes de meubles, portes et châssis vendus à de meilleurs prix que partout ailleurs. On peut aussi acheter toutes espèces de bois de construction pour maisons, granges et autres bâtiments.

Le 8 septembre 1887, monsieur Charles Benoît ancien citoyen de Weedon a fait parvenir une nouvelle venant de Terrebonne au Minnesota par le journal Le Pionnier. Il venait de terminer la récolte de grain qu’il avait semé sur 115 arpents de terrain. Il dit qu’après sa 4e année dans ce pays il possède 23 têtes de bétail, dont 17 bêtes à cornes et 6 chevaux. Il transmet ses amitiés aux amis « de là-bas » spécialement à mes ex-concitoyens de Weedon.

La nouvelle municipalité de Lac Weedon entrevoit une reprise de ses activités. La scierie qui appartient à monsieur Roche de Québec sera réparée et mise en opération au début de septembre. Des travaux sur la digue qui traverse la St-François qui appartient à monsieur C.S. Clark devraient aussi être terminés très bientôt. La pose du tablier qui devrait permettre le passage du public comme par le passé vers Stratford devrait être complétée à la satisfaction des commerçants et de nos voisins, les habitants de Stratford.

Monsieur G. Corriveau propriétaire de l’hôtel Weedon, anciennement l’hôtel Dubuc annonce son commerce. Cet édifice était situé du côté sud du chemin de fer à proximité de la gare du Québec Central. Il a été amélioré et meublé à neuf. Il offre de magnifiques chambres et fournit tous les avantages possibles au public. Les agents de commerce y trouveront des salles pour étaler leurs échantillons. De plus, la table est excellente. Des voitures et chevaux y sont disponibles pour les voyageurs.

Lors de l’assemblée générale annuelle de la Société d’Agriculture du Comté de Wolfe, furent élus directeurs de l’organisme pour l’année 1888, MM. M. Demers, Albert Chester, R. Fontaine, R.N. Hall, N.P. Tanguay, J. Lapointe, James Hooker, George Patry et T.C. Osgood. Lors de cette réunion, N.P. Tanguay a été élu président et Albert Chester, vice-président, les deux unanimement.

La vie municipale

Au mois de juillet, ont eu lieu les élections des nouveaux conseillers pour la nouvelle municipalité de Weedon-Centre. Ont été élus à l’unanimité MM. Siméon Fontaine, Étienne Fortin, Justinien Benoît, Louis Brisson, Flavien Cantin, Pierre Després et Simon Bourque. Monsieur Siméon Fontaine fut nommé maire et monsieur F.-X. Lemieux, secrétaire-trésorier.

À Lac Weedon, monsieur A.R. Hudon a remis sa démission comme maire de la nouvelle municipalité. Monsieur Noé Grenon a été élu nouveau maire et monsieur Eusèbe Brodeur, conseiller.

À Ham-Sud, les maires du comté de Wolfe ont décidé de ne pas permettre à un autre secteur du canton de Weedon de se séparer de la Municipalité du Canton de Weedon pour s’annexer avec Weedon-Centre. Le but de ces citoyens visait d’éviter les déboursés qu’occasionnait l’entretien des deux ponts situés sur le territoire de l’ancienne municipalité. Ces coûts devenaient de plus en plus exorbitants. Donc, le conseil de comté a finalement clos le débat.

Deux hôtels de tempérance ont été désignés par la municipalité, ce sont celui de Godefroi Corriveau et celui de Louis Bernier.

Le conseil municipal du Canton de Weedon a décidé de changer le lieu de leurs réunions. À l’avenir, elles se tiendront au Moulin Trahan alors qu’elles se tenaient à Weedon Station. « L’établissement industriel des MM. Trahan forme à lui seul un groupe fort respectable de constructions et est une grande source de prospérité. On y compte un joli magasin, une forge, etc. Un pont va être jeté à cet endroit sur la rivière St-François près de l’embouchure de la rivière au Saumon.

La vie scolaire

En juillet, MM. Siméon Fontaine, Léger Giguère, Olivier-Nazaire Beaudry, Louis Brisson et Louis Bernier ont été élus commissaires pour la municipalité de Weedon-Centre. Monsieur fut élu président unanimement. Monsieur F.-X. Lemieux, notaire fut nommé secrétaire-trésorier de cette commission scolaire.

Messieurs Joseph Magnan et Michel Côté ont été nommés commissaires d’école dans la municipalité de Lac Weedon. Ils remplacent messieurs Joseph Lussier et Onésime Savard par un ordre du conseil lors d’une réunion tenue le 17 septembre.

La création de la nouvelle municipalité de Weedon-Centre a obligé le lieutenant gouverneur à nommer MM. Siméon Fontaine, Léger Giguère, Louis Brisson, Louis Bernier et O.A. Beaudry commissaires d’école pour ce nouveau territoire municipal.

La vie dans la communauté

Les moyens de transport en 1887 étaient limités pour les gens qui avaient une longue route à faire. Monsieur Jean-Baptiste, anciennement de Weedon, est revenu de Norwich, Connecticut en voiture tirée par son cheval de race canadienne de qui il vante la force et la vigueur. Il a pu accomplir ce voyage de 400 milles en l’espace de 7 jours et 18 heures. Son épouse et ses enfants l’ont précédé par un moyen plus rapide, celle des chars. Cet ancien résident de Weedon vise s’établir dans la région immédiate de Weedon.

Monsieur Jean-Baptiste Brodeur que l’on qualifie de « vieux patriote » porte toujours le « plus vif intérêt aux affaires du pays ».

Les activités sportives et culturelles

Au mois de décembre 1887, un nouveau club a vu le jour. En effet, Club dramatique et littéraire de Weedon a formé son comité de direction en la personne de MM. N.H. Beaudry, président, F.X. Lemieux, secrétaire, N.P. Tanguay, assistant-secrétaire, O. Lemieux, trésorier, Arthur Trahan, commissaire ordonnateur et Albert Beaudry, curateur. Ils sont félicités pour leur esprit d’entreprise.

Décès, maladies et accidents

Monsieur Olivier-Nazaire Beaudry, ancien marchand de Weedon est décédé le 10 décembre à l’âge de 59 ans. Il était originaire de Trois-Rivières et venait d’être désigné commissaire de la municipalité de Weedon-Centre.

Autres événements

Monsieur Narcisse Marcotte de Stratford, résident voisin de Lac Weedon a eu la malchance de se voir détrousser de 80 $ qu’il venait de retirer d’une banque de Sherbrooke pendant qu’il se reposait en chemin vers sa demeure.

Une effraction a eu lieu chez le marchand Michel Leblanc de Lac Weedon. Les voleurs ont pris une montre dérobée dans sa chambre à coucher. Par la suite, ne trouvant pas d’argent dans les tiroirs du magasin, les brigands ont viré les lieux sens dessous dessus. Ils ont même rapporté l’échelle prise chez un voisin Jos Beaupré après avoir fait leur tournée. Il semblerait que ces mêmes voleurs ont visité le domicile de monsieur McFadden, marchand de Dudswell dans les journées qui ont suivi. À East Angus, ils ont été pris pendant leur méfait et ont décampé sous les balles de leurs « hôtes ». Plus loin à Ascot Corner, un vol de 300 $ a été signalé par monsieur Darche.

Monsieur Auguste Tremblay de Weedon a présenté en cour une poursuite contre la compagnie de chaux de Dudswell et le Québec Central à l’effet que son cheval avait été tué par un train sur la voie ferroviaire du Québec Central dont un embranchement était en construction en direction des fourneaux à chaux. L’action du demandeur a été déboutée par la cour tout en recommandant aux deux compagnies de venir en aide au malheureux journalier qui avait perdu son cheval dans l’accident.