Année 1895

/Année 1895
Année 1895 2018-03-24T10:34:17+00:00

La vie paroissiale

En septembre 1895, l’abbé J.A. Côté, fils de Eusèbe, notre concitoyen a été ordonné prêtre en la cathédrale de Sherbrooke. Il a dit la messe lundi le lendemain assisté de l’abbé F.S. Côté son oncle et curé de St-Valérien. La fanfare de Weedon et la chorale se sont exécutées pendant cette cérémonie.

La vie scolaire

On rapporte que monsieur Jacques Demers de Weedon a remporté au Séminaire de Sherbrooke le premier prix pour le deuxième semestre pour le cours commercial en anglais. De chaleureuses félicitations lui sont adressées.

La vie municipale

Dans la municipalité de Weedon-Centre, monsieur Napoléon Tanguay a été élu maire. Au cours de la soirée du mercredi 30 janvier, des citoyens et la fanfare sont allés « sérénader » alors qu’il les recevait avec sa courtoisie et hospitalité coutumière.

Dans Lac Weedon, monsieur Saül Delude a été élu maire. Dans la municipalité du Canton de Weedon, monsieur Jérémie Surprenant fut élu maire. Les conseillers qui siégeaient avec lui sont : messieurs Norbert Lemay, Anthime Fontaine, Edmond Gauthier, Israël Bourque, Herménégilde Tessier et Joseph Provencher. Monsieur J.H. Bourget était le secrétaire-trésorier.

La vie politique

Le 26 février 1895, MM. les députés Cleverland et Chicoyne sont venus nous entretenir sur les questions politiques du jour à une importante réunion tenue à la salle publique de Weedon. Cette rencontre a été tenue sous la présidence de monsieur Napoléon Tanguay.

Lundi le 15 avril en après-midi, notre député provincial, monsieur J.A. Chicoyne a tenu une conférence lors d’une séance publique à laquelle était invitée toute la population dans la salle de l’école. Il nous parle de l’agriculture.

Le milieu des affaires

La nouvelle fromagerie dirigée par monsieur Adjuteur Lussier et construite au 2e et 3e rang a connu d’excellents résultats. Du 10 mai au 31 octobre 1894, 173 069 livres de lait y ont été amenées, ce qui a permis de produire 18 370 livres de fromage. Les ventes se sont élevées à 1673,10 $ dont 1397,47 $ ont été remis aux patrons ce qui représente 80 cents des 100 livres de lait. C’est un excellent résultat pour une première année de production.

L’abbé F.V. Charest appelé missionnaire agricole de notre diocèse est venu donner une conférence aux cultivateurs à Disraeli. Son exposé portait sur la grandeur et la dignité du cultivateur, sur les cercles agricoles et leurs avantages ainsi que sur l’industrie laitière, son économie et sa comptabilité. Le président du cercle agricole de Disraeli, monsieur J.A. Hamel, lui a adressé des remerciements des plus mérités.

Au début de mars, le journal Le Pionnier fait mention que la plus grande activité règne dans nos environs. Jamais le commerce de bois n’a été aussi considérable que cet hiver. Les trains du Québec Central ont beau être multipliés, ils ne suffisent pas à dégager les cours avoisinantes de la gare qui s’encombrent de plus en plus chaque jour. La même situation se vit sur les autres points de cette voie ferrée.

Monsieur P.E. Lavergne, arpenteur, doit venir s’établir dans notre village vers la fin de mars. Le journal en profite pour lui souhaiter la bienvenue parmi les nôtres.

Le 16 avril, la glace a brisé les estacades de monsieur Napoléon Tanguay sur la rivière Saumon. Près de 12 000 billots qui y étaient entassés ont été entraînés dans la rivière St-François. Ce propriétaire prévoit faire scier ses billots à une usine située dans le bas St-François possiblement à Pierreville, seul endroit où la rivière peut être barrée.

Les trois conseils des municipalités situées dans le canton de Weedon, Weedon-Centre, Canton de Weedon et Lac Weedon ont décidé d’emprunter respectivement les sommes nécessaires au rachat des débentures du Québec Central émises en 1870. Chaque conseil emprunte leur montant respectif, Weedon-Centre 3 000 $, Lac Weedon 5 500 $ et Canton de Weedon 22 000 $ pour un montant total de 30 500 $. 40 débentures payables une chaque année durant 40 ans ont été prévues. Le député Chicoyne a bien voulu négocier cet emprunt à la demande des trois municipalités auprès du Crédit-Foncier-Franco-Canadien.

Voici la description du secteur appelé Lime Ridge situé dans le canton de Dudswell, situé à trois milles de Dudswell. Elle est rapportée dans Le Pionnier du 29 novembre 1895 par un notaire public du nom de L.N. Bélisle. Ce petit centre où l’on trouve des fourneaux à chaux, est composé d’une trentaine de maisons au nombre desquelles on y compte deux magnifiques hôtels, une maison d’école, un magasin, un bureau de poste, un moulin à scie et un terminus sur le chemin du Main Central.

« On y fabrique la chaux de première et deuxième qualité dans des fourneaux d’une dimension moyenne de 20 pieds carrés à l’extérieur par 25 à 30 pieds de hauteur. Le milieu du fourneau est cylindrique appelé le canon. Ce canon a 8 ou 10 pieds de diamètres et sa capacité est d’environ 20 tombereaux de pierres qui, réduites en chaux, équivalent à 500 quarts… »

« Il faut chauffer 8 à 10 jours pour cuire un fourneau, c’est-à-dire un canon. Chaque fourneau brûle environ 8 cordes de bois en 24 heures. Les feux ne s’éteignent qu’en cas de réparations aux installations. Lorsque les canons baissent, on les remplit de pierres à nouveau. Les 6 fourneaux sont enlignés à environ 20 pieds entre chacun. Ils ont deux feux opposés l’un à l’autre… »

« Dans l’un des côtés de chaque fourneau, une porte nous permet de tirer la chaux vive et rouge 3 fois par 24 heures à des heures fixes. Alternativement, deux hommes accomplissent ce travail des plus durs à chaque fourneau »… « 30 chars de chaux sont expédiés vers d’autres centres par semaine en plus des livraisons locales »…

« Un engin de 20 chevaux-vapeur tire, à l’aide d’un câble de 300 pieds de long, un chariot chargé de pierres sur un ascenseur incliné à partir de la carrière jusqu’au sommet de chaque fourneau soit à environ 35 pieds… Plus de 80 chariots par jour y sont montés. Cette exploitation emploie de 60 à 80 hommes par année. Elle est la propriété de la « Dominion Lime Ridge ».

« Il est arrivé qu’un incendie ait détruit 3 600 quarts de 25 cordes de bois tout prêt à être utilisés. En plus, la compagnie avait perdu 4 remises et 1 000 cordes de bois de chauffage. » La compagnie a poursuivi ses activités après avoir récupéré les pertes.

La vie communautaire

Le Cercle agricole veut organiser sous leurs auspices une soirée littéraire à laquelle toute la population sera invitée. Elle aura lieu immédiatement après Pâques.

Lors de la soirée du 24 juin a eu lieu une séance artistique organisée par l’Union musicale de Weedon. Le programme comprend une comédie en deux actes, plusieurs opérettes, du chant et des morceaux de fanfare. La salle était comble. Les recettes ont servi à payer le prix des instruments de musique achetés par la société. On se félicite des résultats qui ont dépassé les plus belles espérances. On vante les effets de telles distractions auprès de notre jeunesse « polissant les moeurs » et « élevant le niveau des amusements populaires »… « Elles nous apprennent à détester le vice… et à fuir les plaisirs abrutissants, entre autres celui que prétend procurer la dive bouteille. »

Le 10 septembre, une fête « patriarcale » a été organisée en l’honneur des noces d’or de Raphaël Biron et Éléonore Boucher, dignes et méritants fondateurs de cette paroisse. Il s’est fait connaître comme un cultivateur infatigable et il cultive encore sa terre. Il était venu avec son père Germain et la famille en 1841 pour s’établir sur un lot qu’il a défriché.

En septembre, l’exposition de la Société d’agriculture du Comté de Wolfe est ouverte un mardi sur la ferme de monsieur Weyland située à proximité des cultivateurs de deux paroisses de Weedon et de St-Adolphe de Dudswell.

À Lac Weedon, monsieur l’abbé Venant Charest, missionnaire agricole a donné une intéressante conférence à notre nouveau Cercle agricole. Les cultivateurs se sont fait un devoir d’y assister. Messieurs Adolphe Lussier, président et Alfred Beaubien, secrétaire agissaient comme représentant du Cercle agricole.

Au mois d’octobre, un incendie s’est déclaré dans le moulin à scie de monsieur Napoléon Tanguay. Il a causé des dommages pour un montant de 500 $ qui ont été couverts par les assurances.

Décès, maladie et accidents

Le 26 octobre, est décédée dame Aurélie Fréchette, épouse de monsieur Justinien Benoît, écuyer et ex-maire de la municipalité. Née à St-Césaire, le couple s’est installé à Weedon en 1861. Elle décède sans avoir eu le bonheur d’être mère. Par son dévouement, elle s’est rendue utile dans son entourage. Elle est décédée à la suite d’une longue maladie de près de trois ans. Les porteurs étaient tous des anciens colons de Weedon : MM. Charles Tanguay, Eusèbe Côté, Raphaël Biron et Étienne Fortin.