Année 1898

/Année 1898
Année 1898 2018-03-24T01:07:46+00:00

La vie paroissiale

Mgr Paul Larocque, notre évêque, est venu rendre visite à notre curé dans la paroisse St-Janvier de Weedon. Il était de passage puisqu’il se rendait à Disraeli pour présider à la bénédiction du couvent de cette paroisse. Il a d’abord été reçu solennellement à la station grâce à la fanfare de Weedon qui a joué ses plus beaux airs. Des drapeaux ornaient le chemin sur son passage. Puis, Mgr Larocque a fait le trajet Weedon-Disraeli en voiture.

Monsieur l’abbé E.C. Tanguay est en visite à Jérusalem après avoir rencontré en privé le Saint-Père à Rome qui l’a nommé Pronotaire Apostolique avec le titre de Monseigneur. Ce fils de Weedon est en 1862 et est l’enfant de monsieur Charles Tanguay qui a été maire de Weedon à plusieurs reprises.

La vie scolaire

Dans le Progrès du mois d’août 1898, une dame Dandurand, « une fine plume canadienne… qui ne perd jamais l’occasion de travailler, de toute façon, à améliorer le sort du sexe faible, vient de publier, dans le Canada français, un article remarquable, sur le maigre salaire de nos institutrices. »

« Nous avons toujours été nous-mêmes d’opinion que c’était une honte et un scandale public de faire s’étioler de pauvres filles dans une chaire d’institutrice, sans leur donner une rémunération en rapport avec leur travail… Elles qui ont en mains l’éducation morale, religieuse et intellectuelle de nos enfants sont plus mal payées que nos servantes… Le salaire de ces dernières est de cent vingt à cent quarante piastres par année tout en étant logée, nourrie, chauffée, éclairée et souvent habillée, tandis que nos institutrices de campagne n’ont pour la plupart que cinquante, quarante et même vingt-cinq dollars par année avec lesquels elles doivent se nourrir et s’entretenir… L’incurie de nos gouvernements et la mesquinerie des municipalités sont responsables de cet état de choses… une injustice criante… Sait-on qu’avec leur maigre pitance, les institutrices doivent pourvoir à leur habillement, à leur nourriture, à l’entretien de l’école… sans compter les risques habituels d’une vie misérable? Est-ce donc parce que ces institutrices sont vos propres enfants, recrutées dans vos paroisses, que vous les traitez de cette façon et les obligez à partager l’existence des plus misérables d’entre vous?

… Que serait pour une paroisse, deux cents piastres de plus réparties sur le traitement de la maîtresse, sur l’embellissement ou seulement l’assainissement de l’école? »

Les affaires municipales

Dans la municipalité de Weedon-Centre, ont été élus par acclamation au conseil messieurs J.B. Delude et Alphée Biron. Ils ont remplacé messieurs N.H. Beaudry et Jos. Tisdel. Monsieur Napoléon Tanguay a été réélu unanimement maire de cette municipalité. On vante son zèle et ses activités au service du bien public. On mentionne l’étendue de ses entreprises qu’il poursuit. Il compte une foule d’employés qu’il traite avec justice et de qui il reçoit les meilleures marques d’estime. L’Union musicale n’a pas manqué l’occasion d’aller « sérénader » son vice-président honoraire à l’occasion de sa réélection.

Dans la municipalité du Canton de Weedon, des élections ont eu lieu le 10 janvier. Messieurs X. Brisson et Jean-Baptiste Lisée ont été élus et ont remplacé messieurs Norbert Lemay et T. Bourque. Le 17 janvier suivant, monsieur J.B. Després a été choisi à nouveau maire de la paroisse.

Monsieur Jean-Baptiste Caron a fait une requête à la séance du conseil du mois d’octobre. Il fait une réclamation de dommages concernant un accident arrivé à son épouse au cours de l’été dans un des chemins de la municipalité. La municipalité a reconnu ses torts et a convenu de payer 15 $ à monsieur Caron qu’il a accepté.

Le milieu des affaires

À la fin de janvier 1898, monsieur Louis Bernier a été nommé huissier de la Cour Supérieure du district du St-François.

L’entreprenant citoyen, monsieur Napoléon Tanguay, a acquis des boisés, situés à la limite de Chesham, qui se sont vendus lors d’une vente publique à Québec. Situés aux sources de la rivière aux Saumons, ces lots sont bien placés pour être exploités par le nouvel acquéreur dont le moulin à scie est en activité à l’embouchure de la rivière aux Saumons au lieu où ses eaux se déversent dans la St-François. On note qu’il a dû renchérir pour que ces lots ne tombent entre des mains étrangères.

Monsieur Louis Patry, l’un de nos agronomes les plus en vue, a obtenu une médaille et un diplôme de grand mérite au dernier concours du mérite agricole. Après avoir abattu les premiers arbres d’une forêt vierge, il est aujourd’hui récompensé pour sa persévérance et son travail.

La Société d’Agriculture du comté de Wolfe a délégué le député J.A. Chicoyne en tête, monsieur O. Lamoureux, registrateur de Ham Sud, J.H. Crépeau, marchand de St-Camille et J. Cunningam, agronome de Dudswell auprès du Conseil d’Agriculture pour faire amender la loi des sociétés agricoles à l’effet de permettre aux sociétés d’agriculture des comtés de faire des expositions générales des produits animaux et agricoles pour tout le comté concerné. Monsieur Allard, M.P.P. membre du Conseil d’Agriculture a confirmé que cette réforme s’imposait pour permettre aux comtés la liberté d’adopter l’un ou l’autre mode d’exposition.

Le Pionnier cite : « que l’attention des connaisseurs se porte plus que jamais vers les magnifiques carrières à chaux que nous possédons dans la localité du Lac Weedon. Voilà une source de richesse qui ne tardera pas à être exploitée pour le plus grand bien de nos Cantons de l’Est… La chaux est un article dont la consommation est destinée à prendre un immense développement. À part son usage aux fins de construction, elle est employée dans les fabriques de pulpe » et les agronomes la recommandent pour les terres arables.

« L’une des plus belles carrières est celle située sur la ferme de monsieur Joseph Gendron à un mille du Québec Central. » Un four temporaire a été installé par monsieur François Brière où une chaux de belle qualité a été extraite et envoyée aux chimistes de la fabrique de Papier Canada de Windsor Mills pour en faire l’essai.

À Weedon, une autre transaction d’importance a eu lieu au mois de mai de cette année. Monsieur Napoléon Tanguay a acquis le moulin à scie Cross (Gress). Le nouveau propriétaire remplacera le pouvoir à vapeur par un pouvoir électrique d’une force de 35 chevaux.

À Ham-Sud, ce chef-lieu du comté de Wolfe est en plein développement. Nos principales maisons et édifices publics sont éclairés au gaz acétylène. Le palais de justice, la résidence de monsieur O. Lamoureux, registrateur, celle de monsieur P. Lamoureux et celle de monsieur L.P.A. Darche en sont pourvus. Ce dernier est agent spécial pour la vente et l’installation de ces appareils dans les comtés de Wolfe, Richmond et Sherbrooke.

Au milieu du mois de juin, un bon nombre de Canadiens de la région de Marbleton serait revenu des États-Unis.

Dans le Progrès du 12 août 1898, une publicité très détaillée a paru. Des excursions sont organisées par le Grand Trunk Railway System pour aller à Old Orchard Beach et ce, pour 7,60 $. Ce service part vers cette ville à partir de Sherbrooke et y revient de nuit. Une autre excursion est annoncée pour les journaliers de ferme à Manitoba, Minnesota et Dakota du Nord en passant par Chicago et St-Paul pour une somme de 10 $. Une autre annonce d’un départ le 23 août permet de se rendre à toutes les gares à l’est de Kingston, Ontario pour revenir le ou avant le 16 novembre pour une somme additionnelle de 18 $. On ajoute même que des billets de paquebots sont vendus aux taux les plus bas pour toutes les lignes.

Dans le journal, on donne plusieurs résultats des diverses transactions qui ont eu lieu sur le territoire du canton de Dudswell. Les commerçants de bestiaux subissent une baisse dans leur commerce depuis juin passé. Monsieur R.A. Oughtred a expédié deux chars d’agneaux à partir de la station de Lime Ridge. Monsieur L.P. Lessard a fait cession de ses biens au bénéfice de ses créanciers pour un passif qui s’élève à 4 000 $.

L’inspecteur de fromage, monsieur Davignon, a donné une bonne cote pour les producteurs de fromage de Marbleton. Par contre, le beurre se fait rare parce que les producteurs apportent leur lait aux fromageries. Les oeufs se vendent 15 cents. La saison des framboises a été bonne puisqu’au-delà de 25 tonnes ont été expédiées de la station de Marbleton.

La Dominion Lime Co. vient de terminer la construction d’un nouveau fourneau à chaux dans le canton de Dudswell pour un montant de 3 000 $.

Du côté de Lingwick, les commerçants de moutons sont venus faire leurs achats dans ce village. Le mouton est payé 3 à 4 $ l’unité.

Un certain dimanche du début de septembre, une violente tempête s’est élevée dans le canton de Lingwick. Des pluies torrentielles et la grêle ont grandement endommagé les arbres fruitiers. La grange de monsieur Royal Wilson, située sur le chemin de Bury a été totalement détruite avec son contenu, frappée par la foudre. Deux autres résidences ont eu le même sort heureusement sans qu’elles subissent de graves dommages, ce sont les demeures de MM. Norman et Murdoch McLeod. Seule chez ce dernier, une fenêtre de la maison a été brisée par le tonnerre.

Par ailleurs, monsieur Neil McRae a perdu un cheval et monsieur Angus Gowan, de son côté, a perdu quatre bêtes à cornes toutes tuées par la foudre.

Monsieur J.A. Chicoyne, député du comté, est à nouveau l’invité du cercle agricole de Weedon qui se veut très actif auprès des producteurs locaux. Il participe comme conférencier à cette séance présidée par monsieur le maire Després qui remplace monsieur Cyrille Hamel, président de cet organisme. La conférence porte principalement sur l’avenir de notre industrie laitière et sur l’utilité de la coopération pour maintenir notre position sur les marchés même de l’Europe.

Lors du dernier concours tenu par le Cercle agricole, monsieur Paul Desmarais a agi comme juge. Les produits suivants ont été primés :
Lentille, pois et avoine pour fourrage vert :
Joseph Beaudry, 1er prix, Zéphirin Blanchard, 2e prix;
Joseph Després, 3e prix; Louis Patry, 4e prix.
Racines sarclées :
Jean-Baptiste Caron, 1er prix; Zéphirin Blanchard, 2e prix;
Joseph Després, 3e prix; Joseph Beaudry, 4e prix.
Sarrasin :
Pierre Després, 1er prix; George Patry, 2e prix;
Zoël Desmarais, 3e prix; Pierre Fortin, 4e prix.
Blé d’Inde fourrager :
Joseph Després, 1er prix; Eusèbe Fontaine fils, 2e prix;
Jean-Baptiste Caron, 3e prix.

La cour des commissaires a siégé à Weedon en début d’octobre. Une cause importante impliquant monsieur Côté contre monsieur Lefebvre était tenue sous la présidence de MM. Edmond Beaudry et Charles Tanguay. Il s’agissait d’une action accompagnée d’une saisie en vertu de l’article 1089 du Code de procédure. Une requête a été présentée pour demander le renvoi de la saisie pour cause d’irrégularité dans le bref. Les commissaires ont rendu jugement pour le demandeur. Il y aura appel à la cour supérieure, semble-t-il.
À Weedon, au début du mois de novembre, monsieur Justinien Benoît a malheureusement vu disparaître dans un incendie sa belle usine où l’on voyait une scierie, un moulin à farine, des machines à carder la laine et un foulon. Toutes les bâtisses ont été détruites en moins d’une heure, incluant une grande quantité de grains, de laine et près de trois cents verges d’étoffe destinées à être foulées. C’est une perte de plus de 5 000 $.

À la fin de cette année, l’administration de la fromagerie Lussier située dans le rang III de Weedon fait connaître les résultats des opérations de la saison. Un total de 28 patrons fournissaient l’usine pour un total de 375 970 livres de lait fournies par 145 vaches. Un total de 37 120 livres de fromage ont été produites. Les ventes réalisées s’élèvent à 2 662, 52 $ pour un montant net payé aux patrons de 2 215 $. Ceci représente une augmentation de 377 livres de fromage sur l’an passé alors que les ventes subissaient une diminution de 316,21 $ à cause du bas prix courant sur le marché.

Dans le journal Le Pionnier, on confirme l’existence de deux lignes de téléphone dans le secteur de Marbleton.

À la fin de cette année 1898, principalement dans le canton de Dudswell, il se fait beaucoup de transport de bois équarri et du bois de corde. On donne l’information que monsieur Curtis Bishop a perdu un de ses chevaux dans les forêts de Tring. La chute d’un arbre a causé cet accident.

La vie communautaire

Le 16 janvier, une séance publique de notre cercle agricole a été tenue. Monsieur l’abbé Venant Charest a tenu une conférence intéressante et remplie de bons conseils.

Décès, maladie et accidents

Le 25 janvier à Weedon-Centre, est décédée à l’âge de 77 ans dame Madeleine Beaulieu, veuve de feu Moïse Biron, née à St-Grégoire. Elle est la mère de 13 enfants dont 9 vivaient encore à son décès. Six des petits-fils de la défunte et par Joseph Tisdel, son gendre. Elle était la mère de Pamphile Biron, carrossier de son métier à Sherbrooke.

Au début du mois de juillet, Adjutor Lussier, fils âgé de 12 ans de J.C. Lussier, agriculteur et marchand de Lac Weedon, s’est noyé en se baignant dans la St-François au milieu du village. Après être allé à la messe avec ses parents, il est allé prendre un bain avec un ami, Léonidas Montmigny. Il fut entraîné par le courant dans un endroit trop profond pour ses forces, il périt sous les yeux désolés de son petit ami qui n’a pas pu donner l’alarme à temps auprès des proches. Son corps fut trouvé une heure plus tard. Le coroner Pelletier est venu constater les faits le lendemain par train.

À la fin du mois d’octobre, un des vieux citoyens de Weedon, monsieur Jean-Baptiste Brodeur est déclaré dangereusement malade.

À St-Joseph de Ham-Sud est décédée dame Marie Lumina Bourque épouse de L.O. Dion, l’un des premiers colons de cette paroisse. Madame a été foudroyée par une maladie de coeur, subissant une paralysie complète de tout le côté gauche. Elle était la mère de 10 enfants dont neuf lui survivent et deux habitent Weedon, mesdames Joseph Beaudry et Philippe Tanguay.

Autres événements

Le Progrès nous confirme qu’il a gelé légèrement le 10 juin à Marbleton