Année 1907

/Année 1907
Année 1907 2018-03-22T19:28:45+00:00

La vie paroissiale

Au cours de l’année 1906, 116 baptêmes, 14 mariages et 34 sépultures ont été célébrés dans la paroisse St-Janvier de Weedon.

Monsieur Joseph Magnan a remplacé monsieur J. Beaudry dans la paroisse St-Janvier de Weedon comme marguillier.

Le 10 et 11 février, monsieur H. Lussier propriétaire tiendra une partie de sucre dans les salles de l’hôtel du Lac Weedon qui lui appartiennent dans le but de financer l’église et le presbytère.

Un magnifique programme musical est en voie de se préparer pour la fête de Pâques. Ce jour-là arrivé, l’abbé Guertin vicaire de Weedon est venu remplacer notre curé l’abbé Parent qui a dû s’absenter pour cause de maladie. Par la suite, il prendra un congé illimité pour la même raison. Des voeux de prompt rétablissement lui sont adressés. Le dimanche suivant, il sera remplacé par l’abbé Alfred Chassé du Séminaire de Sherbrooke.

Monsieur l’abbé C.J. Roy est le nouveau curé de la paroisse St-Gérard du Lac Weedon. Pour célébrer la Fête-Dieu et son arrivée, la chapelle avait revêtu ses plus beaux ornements. La fanfare St-Jean-Baptiste, sous la direction de F.X. Lussier, a agrémenté la cérémonie de ses plus beaux morceaux musicaux. M. l’abbé Charles Joseph Roy est né à Lévis en 1869 et est le fils de Léon Roy notaire. Il a fait ses études au Collège de Lévis et fut ordonné prêtre en 1896. Il est resté à la cathédrale de Sherbrooke pendant 5 ans, puis fut nommé curé de St-Étienne de Bolton pendant près de six ans avant d’être désigné curé de notre paroisse.

Monsieur l’abbé R. Guertin, vicaire de la paroisse St-Janvier nous quitte pour devenir curé de Fecteau’Mill.

Lors de la Fête-Dieu, l’église était bondée de monde, trop petite pour contenir la foule. Le reposoir a été fait chez monsieur Pierre Després, dernière maison du village, maison d’une grande richesse. Le professeur A. Moreau dirigeait la fanfare harmonie de Weedon.

À la mi-juin, Mgr Paul Larocque était de passage à Weedon où sa Grandeur a administré les sacrements de confirmation à 204 enfants, dont 111 garçons et 93 filles.

Autour du 2 août, le révérend Charles Joseph Roy, curé de St-Gérard, a organisé et conduit un pèlerinage à Saint-Anne-de-Beaupré. Il en a profité pour aller à Lévis pour visiter sa mère, madame Léon Roy. À la mi-septembre, les paroissiens de St-Gérard entendent pour la première fois les sons des trois cloches et ceux du nouvel orgue donnés par M. Jos Morin de Montréal et anciennement de notre localité. Il fut chaleureusement remercié par M. le curé Roy.

Le Révérend J.A. Lefebvre et son vicaire ont célébré quatre mariages lundi 2 septembre 1907. Les trois premiers furent célébrés ensemble. Ce fut les mariages de Philippe Galipeau et Rose Magnan; Pierre Després et Léonie Magnan; c’était les deux filles de François Magnan; Étienne Magnan et Virginie Gagnon, lui, étant le cousin des deux premières et fils de Magloire. Les deux pères François et Magloire sont les deux frères. Finalement, le mariage de Napoléon Biron et Éva Fortier a été célébré par la suite par le vicaire Jules Boucher de la paroisse St-Janvier de Weedon.

La vie scolaire

L’ouverture des classes au couvent a lieu le 2 septembre par les religieuses de la Présentation de Marie. Près de deux cents enfants ont fait leur entrée et déjà 7 pensionnaires y vivent. D’autres enfants sont attendus dans les journées qui suivent.

Les affaires municipales

Pourquoi la qualité des chemins est-elle d’un extrême à l’autre dans les Cantons de l’Est? D’après un rapport du Dr Grignon dans le Journal de l’Agriculture, les chemins de Dudswell, Marbleton, Weedon et Lac Weedon seraient les plus beaux de la province… Alors que, d’après l’expérience du public voyageur, les chemins de Wolfestown, St-Fortunat, certains chemins de Garthby, Stratford, Ham-Nord, St-Adrien et Notre-Dame-de-Ham sont déplorables 365 jours par année, voire intolérables et dangereux.

On pense que la première cause serait que les conseils et les propriétaires des frontières des comtés dorment comme des bûches. La deuxième raison serait que le peu d’ouvrage qui est réalisé est fait à la pioche et à la pelle. Après une averse, on y trouve que roches et cailloux.

La troisième cause et non la moindre est que les routes de campagnes doivent toujours suivre les cordons et les traits carrés. Suivant ceux-ci, il faut monter et descendre les buttes pour y circuler et évidemment pour les réparer. Il faut reconnaître que certains chemins de campagne sont vieux comme Adam, car ils ne ressemblent qu’à des petits chemins de carrioles à une seule voie principalement dans les cantons frontière tels que St-Fortunat et Wolfestown. Plusieurs chemins sont doublés depuis quelques années par exemple les chemins de Garthby et de Ham Nord sont en double depuis trois années.

« Si l’honorable ministre, monsieur Allard, pouvait nommer un inspecteur général de voirie, celui-là aurait bien des oreilles à écouter! »

L’on parle d’un nouveau trajet pour le Québec Central. On pensait qu’il pouvait desservir le comté de Wolfe vers Victoriaville. Le projet ne ressemble pas du tout à celui-ci. Il est projeté être localisé comme suit. Il est vrai qu’il passerait dans le Comté, mais il irait par St-Fabien, St-Camille, le Lac aux Anglais et St-Pamphile. Puis il longera la rivière St-Jean vers le Nouveau-Brunswick et ensuite pénétrera aux États-Unis.

Le Progrès souligne que les chemins du Lac Weedon sont non carrossables et que cet item sera à l’ordre du jour du conseil.

Un certain Zambil, syrien et colporteur de son métier, passait dans nos campagnes. Il eut le malheur de s’enfoncer dans un ruisseau en passant sur un pont mal entretenu. La voiture brisée et les marchandises mouillées ou emportées par le courant lui occasionnèrent des coûts non prévus qu’il réclama à la municipalité responsable celle de Stratford. Il demandait 776,33 $ même s’il évaluait ses marchandises perdues et les bris à 1 200 $. Allait-il avoir procès? Qui aura vraiment du « fun » la municipalité ou le syrien?

Les affaires

Monsieur P.A.Roy qui était le gérant de la Royal Lime Co est installé à Sherbrooke. La compagnie est active depuis la semaine dernière.

Dans la cause du demandeur J. Lamoureux de Weedon contre Fournier et autre, un jugement a été prononcé en faveur du demandeur pour remettre la réclamation de 75 $ en plus des frais, pour la valeur d’une quantité de vin qui avait été confisquée par les autorités du Revenu de l’Intérieur.

Le conseil de Weedon-Centre a résolu unanimement d’accorder un bonus de 7 000 $ à la Northern Chemical Works Co sous les conditions suivantes. Elle devra construire une usine chimique qui emploiera chaque jour dix-huit cordes de bois, et investir 15 000 $ pour la construction et l’outillage. Cette compagnie devait aussi employer un minimum de 20 ouvriers qu’elle devra payer en argent tous les samedis.

Cette succursale de la Northern Chemical Works Co de Whitefield du New Hampshire fait la spécialité de la distillation de l’alcool qui provient des bois durs tels que l’érable, le merisier et le hêtre, etc. En choisissant notre localité pour son implantation, il ne pouvait choisir meilleur environnement puisque nous trouvons en très grande quantité cette production ligneuse dans un rayon d’une vingtaine de milles. La municipalité a ajouté une offre conditionnelle de 1 000 $ en bonus à la compagnie. 150 hommes sont actuellement occupés à construire une bâtisse de 80 par 150 pieds.

Lac Weedon invite les gens qui pratiquent le sport de la pêche sur le territoire de la municipalité à visiter les carrières et fours à chaux de notre localité. Messieurs Joseph Blais et Henry Fortier sont les exploitants d’une compagnie qu’ils ont formée où ils ont bâti une belle résidence. La demande de chaux est continuelle; 25 chars de chaux sont toujours prêts à partir. Chacun a une valeur de 9 $. Les ventes de cette année s’élèvent à 1776,15 $ et les dépenses à 1272,50 $ pour obtenir un profit net de 503,65 $. Ce montant permet de verser 75 pour cent à chaque participant. La production de chaux est une industrie payante, nécessaire et très utile. Elle rend de grands services à l’agriculture et à la construction. Il est prévu par le président de la compagnie Royale Lime, S. Fortier de Sherbrooke dans Le Progrès du 15 octobre, que les dividendes de 7 pour cent seront remis au mois de décembre à tous les actionnaires qui assisteront à l’assemblée du 28 décembre.

Il est rare que l’on n’entende pas les cultivateurs déblatérer contre la température. Cet automne, il semble avoir raison de le faire puisque la récolte n’est pas « vite » et le grain a subi des dommages.

Monsieur Napoléon Tanguay ne s’attaque pas à n’importe qui sur le plan judiciaire. En octobre, il va en cour supérieure comme demandeur contre la Impérial Asbestos Company, une corporation qui a son principal établissement à Providence dans le Rhode Island aux États-Unis.

Un nouveau circuit de téléphone Bell est terminé entre la région de Thetford Mines et Ste-Marie de Beauce, ce qui établira des communications directes avec les villes suivantes, Sherbrooke, Weedon, Disraeli, Québec, Lévis, St-Joseph de Beauce, Beauceville et St-Georges. Ce développement permettra un taux moins élevé.

Sports, loisirs et activités culturelles

Le jour de Pâques, monsieur Edmond Morin a réuni un groupe d’intimes et s’est amusé à qui mieux mieux pour ne se séparer qu’au petit matin.

Monsieur Herménégilde Robert, de Salate-Bridge des Saults, a acheté la fromagerie de monsieur Euclide Foisy. Dès la fin d’avril, il devrait commencer à l’opérer.

La Fanfare du Lac Weedon a élu ses officiers pour l’année prochaine : réélu à la présidence, monsieur J.S. Croteau; à la vice-présidence, L. Gagné; au secrétariat-trésorerie, A. Brière, finalement comme chef, F.X. Lussier.

À Lac Weedon, une éclatante célébration de notre fête nationale a été vécue. Un charmant pique-nique a eu lieu où la fanfare de notre village nous a fait entendre ses plus beaux airs. Un joli concert a suivi la célébration des vêpres.

Les services de santé

Monsieur Philibert Lussier, un voyageur de commerce qui se trouvait en traîneau à Lambton, a malheureusement reçu une ruade d’un cheval qui lui fractura une rotule. Le Dr Lemieux lui fournit des soins appropriés puisqu’il est revenu à Lac Weedon, chez son père J.C. Lussier marchand.

Décès, maladies et accidents

Monsieur Rémi Fortin âgé de 36 ans est décédé d’une longue maladie. Le service a été célébré à Lac Weedon. C’était le premier adulte qui est inhumé dans le cimetière depuis l’arrivée de notre nouveau curé et la nouvelle paroisse.

Madame Bouchard de Weedon est décédée à l’hospice de Sherbrooke à la fin de mai. Puis le 1er septembre est décédée madame Malvina Fortin épouse de Charles Carignan. Le 6 septembre le service de monsieur George Landry a été chanté par le curé de Weedon. Cet ancien cultivateur vivait retiré près de l’église St-Janvier.

Lors d’un accident, monsieur Gilbert, employé du Québec Central, s’est fait broyer un pied à la gare de Weedon. L’amputation du membre blessé pourrait devenir nécessaire.

En début de novembre, un homme très estimé de 22 ans, Arthur Biron a eu un bras entièrement broyé dans les cylindres d’un moulin à battre. Il était employé de monsieur Rémi Desjardins, cultivateur. Il voulait arrêter le mouvement des cylindres de la machine avec l’aide d’un paquet de paille. Il calcula mal son mouvement et sa main fut prise dans la machine. Une amputation de son bras jusqu’au coude s’ensuivit.

À Noël, un incendie a complètement détruit la maison de monsieur Samuel Guillemette, colon des environs de Lac Weedon. Le feu s’est répandu à partir de la cheminée. Madame Guillemette était seule avec ses enfants, son mari étant parti dans les chantiers. Tout le contenu de la maison, excepté quelques vêtements, a été détruit. Des parents ont recueilli la famille éprouvée. Des souscriptions ont été demandées par notre curé Roy.

Faits divers

À la mi-avril, la neige avait disparu assez rapidement, mais nous avons eu une forte tempête de neige au point de bloquer les trains de voyageurs du Québec Central.

Monsieur Samuel Guillemette de Weedon a été condamné par le magistrat du District St-François de Sherbrooke à subir un procès pour avoir coupé une estacade de la Brompton Pulp and Paper Co., et y avoir laissé s’échapper un grand nombre de billots à la décharge du Lac Aylmer.

Alors que monsieur Napoléon Tanguay, député de Wolfe, avait déposé son habit sur la galerie d’un hôtel de Sherbrooke où il s’était retiré, il s’est rendu au bureau de son comptable pour payer ses comptes. Lorsqu’il revint, habit et montre avaient disparu. Des soupçons se dirigèrent vers un certain F. Gauthier qu’on avait observé dans les environs. Il finit par avouer son vol et indiquer les lieux où ces articles avaient été cachés pour enfin les lui remettre. La police a arrêté l’individu pour le faire comparaître devant le magistrat du District.

S.A. Brodeur, fils d’un des premiers colons de Weedon, Jean-Baptiste Brodeur, vient d’être désigné protonotaire du district judiciaire de Beauharnois. Des félicitations lui sont offertes dans Le Progrès par ses nombreux amis.