Année 1910

/Année 1910
Année 1910 2018-03-22T19:03:14+00:00

Les affaires paroissiales

À Lac Weedon, monsieur le curé Roy remercie sa population pour le succès social et financier du Euchre qui a eu lieu dans sa petite paroisse et qui a rapporté 35,22 $.

Au début de mars, Mlle Eugénie Leblanc, fille de François est entrée au noviciat des Soeurs de la Présentation de Marie à St-Hyacinthe. De même, Mlle H. Proulx, fille de Henry l’a suivie quelques jours plus tard. À la mi-avril, Mlles Éva et Ida Mercier sont entrées au pensionnat de la même communauté de religieuses.

Monsieur l’abbé Couture est le vicaire dans la paroisse de St-Gérard. Grâce à son dévouement, Mme J.-E. Beaubien touchait l’orgue dans notre église.

Le 19 mai à Weedon, 92 participants ont célébré leur première communion. Le 11 juin suivant, 170 enfants ont reçu le sacrement de confirmation.

Depuis un certain temps, monsieur l’abbé Guimont était le vicaire dans la paroisse St-Janvier de Weedon. Le 25 octobre, on apprend qu’il doit quitter son poste à Weedon pour des raisons de santé. Il sera remplacé par le Révérend P. Gauthier, eudiste. Dès le 31 octobre, monsieur l’abbé Alphonse Richard, ex-vicaire de Winnipeg, est nommé vicaire dans la paroisse St-Janvier de Weedon.

Le 22 juillet, le jeune Félix Després, fils de Pierre, se rendait au Séminaire St-Charles-Borromée de Sherbrooke pour étudier. Il sera reçu diacre à la mi-août. Il était prévu être ordonné prêtre en septembre de cette année. Finalement, il célébrera sa première messe dans sa paroisse natale le 31 août.

Grâce à la générosité d’une personne inconnue, un des plus beaux chemins de croix a été installé dans la paroisse de St-Gérard.

Dans la paroisse St-Janvier de Weedon, 383 familles forment la population de 2 037 âmes, dont 1 243 communiants et 794 non-communiants.

Mlle Albertine Morin enseigne au 9e rang de St-Gérard. Elle remplace Mme Thomas Lapointe qui a dû laisser ce travail pour « des causes spéciales ».

Pendant la période des fêtes, les étudiants viennent à Weedon dans leur famille : René Beaudry étudiant à Québec, René Tanguay et Johnny Biron étudiants du Séminaire St-Charles-Borromé de Sherbrooke, Paul Lamoureux étudiant à l’école Lalime de St-Hyacinthe. Jeanne et Léon Brière, étudiants à Sherbrooke, viennent passer leurs vacances chez leurs parents à Lac Weedon.

Les affaires municipales

La municipalité de Lac Weedon a engagé monsieur Frédéric Saulnier comme secrétaire-trésorier pour remplacer L.-A. Beaubien qui remplissait cette charge depuis près de 18 ans. On accuse le conseil d’avoir l’intention de vouloir ainsi économiser trois dollars. On soulève l’inconvénient que le nouveau nommé demeure à 4 milles du siège municipal.

La vie scolaire

Nous dénombrons 11 écoles sur le territoire du Canton de Weedon incluant le couvent sous la direction des religieuses. Messieurs le curé et le vicaire en ont fait la visite et fait passer des examens.

Mme Victor Brunelle est l’institutrice qui enseigne à l’école Mater Domini de St-Gérard. Le 30 mars, l’inspecteur rend visite et remet des prix à l’école de St-Gérard.

Au mois d’avril, une équipe d’ouvriers construisent les fondations de la future maison d’école à Lac Weedon. Dès la fin de juin, la population a le plaisir de voir que la construction de la maison d’école du village avance à grands pas. Elle espère qu’elle sera prête pour septembre. C’est aussi l’occasion de demander aux commissaires d’engager deux institutrices, dont l’une, avec la capacité d’enseigner l’anglais qui semblait avoir été négligé par le passé.

C’est le 29 juin qu’une fête a eu lieu au couvent de Weedon où de nombreux prix ont été distribués aux élèves de chaque niveau pour clore l’année scolaire qui se termine.

Les écoles

Mlles Audet et Champoux sont les nouvelles institutrices à l’école du village du Lac Weedon. Elles commenceront leur classe le deuxième lundi de septembre.

Lors d’un dimanche de septembre, c’est avec fierté que la population de St-Gérard a assisté à la bénédiction de la nouvelle école appelée Mater Domini.

Mlle Victoria a étudié à Sherbrooke pour obtenir son brevet élémentaire pour enseigner. Elle obtient son brevet à la fin d’août.

Le Révérend Frère Adonius, directeur au Juvénat des Frères Maristes à St-Hyacinthe, a ramené deux jeunes à Weedon, Adélard Bazinet et Antonin Morin pour cause de santé. Plusieurs jeunes originaires de Weedon sont inscrits à cette institution. Ils se disent heureux de leur sort.

Léon Brière de Lac Weedon est parti pour le début des classes en septembre chez les frères du Sacré-Coeur. Du même village, Georges Morin a conduit ses trois filles à Weedon chez les religieuses de la Présentation de Marie pour leurs études.

Mlle A. Deslongchamps de Stratford a été engagée pour enseigner à l’école de la Rivière aux Canards qui relevait de la Municipalité scolaire du Lac Weedon.

Monsieur A. Champoux de St-Gérard est parti pour le collège de Sherbrooke où il commence son cours classique.

À la fin d’octobre, Mlle A. Péloquin du Lac Weedon a été engagée pour faire la classe à l’école située sur le rang de Weedon en direction de St-Adolphe.

Au début de novembre, on déclare que 495 enfants fréquentent les écoles du territoire de Weedon. 191 d’entre eux vont au couvent des religieuses de la Présentation de Marie.

Mlle Aurélie Brunelle qui enseignera plus tard à Weedon, est choisie pour enseigner à Ham Sud à partir du 7 novembre.

Mlle Albertine Morin est choisie pour enseigner à l’école du 9e rang.

Le milieu des affaires

Une grande quantité de bois de pulpe est transportée sur la rivière Au Saumon, vers la Brompton Pulp Company de Bromptonville.

Au début de l’année 1885, la manufacture d’alcool méthylique est en pleine opération. Trente à quarante hommes y travaillent; un certain nombre d’entre eux, même la nuit. La réserve de 8 000 cordes de bois empilées dans la cour a déjà diminué.

Au mois de février, cette même compagnie, la Dominion Chemical Company, a envoyé monsieur J.-N. Lister pour un long voyage aux États-Unis pour y développer un certain marché pour expédier leur production. Au mois de mars, monsieur L. MacKee de cette compagnie est de retour d’un voyage de trois mois en Pennsylvanie.

Monsieur J.-E. Beaubien est encore chef de gare à Lac Weedon. Monsieur O. Binette de Disraeli a été nommé aide-télégraphiste suite à la grave maladie de M. S. Dostie.

Un métier qui avait une grande importance est celui de modiste. Il oblige ses spécialistes comme Mlle Adam à se rendre à Montréal dans le cadre de leur commerce.

Monsieur Philibert Lussier voit aux affaires. Il ira à plusieurs reprises à la Chambre des Communes pour faire rejeter le bill des coopératives que le gouvernement fédéral voulait faire passer.

Au début de mars, il rencontrera le conseil municipal pour présenter un projet de construction d’une manufacture de meubles à Weedon. La municipalité n’a pas cru bon de se plier à la demande de ce promoteur.

Pour améliorer la race chevaline dans la région, des cultivateurs s’unissent dans la Société de chevaux reproducteurs du Lac Weedon et achètent un cheval ardennais pesant 4 900 livres à Victoriaville au prix de 1 000 $. Ce sont Saül Delude président, Hormidas Lussier vice-président, Frédéric Saulnier secrétaire-trésorier et les directeurs, A. Lussier, P. Galipeau, Albert Fontaine, Napoléon Desmarais et Anthime Fontaine.

Avant que la glace fonde, monsieur Eusèbe Fontaine fait sa provision de glace sur la rivière qu’on appelle « Bug ». Celle-ci est la source de la rivière Weedon. Cette réserve lui permettra de livrer cette glace à domicile chaque jour de l’été. On lui prévoit et souhaite une nombreuse clientèle.

Monsieur Philias Tanguay et sa famille partent de Lac Weedon pour passer l’été à Adstock pour le compte de A.B.W. Skinner propriétaire du moulin à Weedon.

En ce mois d’avril, l’hôtel Tricentenaire est devenu la propriété de monsieur Alfred Beaudry, marchand. Au début de mai, MM. Gosselin et Lussier ont pris possession de ce même hôtel situé à Weedon Station. Tous semblent reconnaître chez eux les qualités nécessaires à une entreprise de ce genre.

Monsieur Jean-Baptiste Delude, marchand de Weedon Station, s’est adjoint M. J.-D. Lafond de la Visitation pour créer la société « Delude et Lafond ».

Monsieur N.-P. Tanguay employait plus de 15 journaliers pour charroyer de la pierre au barrage Two Miles Falls avec leurs voitures doubles. C’est le commencement des réparations de ce pouvoir hydroélectrique. A.-B. Williams, électricien de Thetford Mines, y installera une nouvelle machine qui nous permettra d’avoir un meilleur système d’éclairage.

On apprend dans le journal l’existence de la Compagnie d’Assurance Industrielle dont l’agent est monsieur Laurence.

Monsieur Georges Morin était propriétaire d’une scierie à Weedon.

La boulangerie Brière de Lac Weedon a fait l’acquisition d’une nouvelle voiture de livraison au prix de 130 $.

À la fin de mai, le ferblantier J.-L. Cloutier a vendu sa propriété pour aller s’établir à Robertsonville. Un nouveau plombier serait bienvenu à Weedon.

Le 13 juin, MM. Jobin Howden et McDonald venus de Sherbrooke et monsieur Bothford de New York étaient de passage à l’hôtel Grand Central à Weedon. Ils se sont montrés très satisfaits des résultats de l’exploitation de la mine. Trois chars de minerai de haute qualité ont été expédiés ce jour-là.

À la fin de juin, on annonce au public que les travaux de l’hôtel Commercial sont à peu près terminés. Les voyageurs profiteront d’un grand confort.

L’usine de la Dominion Chemical Company arrête ses activités et ferme ses portes pour deux semaines pour faire des réparations à des machines. Dès le début de juillet, elle sera remise en opération.

Monsieur Victor Péloquin s’est acheté une magnifique voiture. Il commerce le beurre et la volaille grâce à elle. « Il se paye le luxe de voyager très confortablement dans les campagnes environnantes pour transporter les produits laitiers et de basse-cour.

Le 21 septembre, une boîte à lettres sera disponible pour recevoir les lettres à la gare du Québec Central.

À Lac Weedon, le magasin de MM. F. et A. Brière a été vendu à monsieur Louis Fortin.

La compagnie Brompton fait des réparations au bateau à vapeur qui fonctionne sur la rivière à Lac Weedon.

En octobre, monsieur Vallée, ingénieur du gouvernement a pris les mesures pour faire le plan du pont neuf qui sera rebâti dans quelque temps près de la demeure de Jos. Tisdel. « Il est certain que tous les gens verront disparaître sans regret la vieille ruine de pont que nous avons, pour faire place à un solide pont de fer, lequel sera rebâti à la hauteur de la côte qu’il y a à chaque extrémité».

À la fin d’octobre, un marchand de Weedon, monsieur Philippe Rousseau, a déclaré faillite et cédé ses biens au bénéfice de ses créanciers.

Monsieur Stanislas Gosselin exerce le métier de commerçant d’animaux.

La Chemical Company a fait venir de Montréal huit hommes pour bûcher du bois de corde à Weedon.

Le 30 octobre, un violent incendie s’est déclaré dans les dépendances de l’hôtel Grand Central, propriété de monsieur G. Lamoureux. En quelques instants, tout l’édifice était en flammes. Les magasins voisins ont pu être épargnés malgré un vent qui faisait rage en leur direction en particulier vers celui de MM. Gosselin et Lussier.

Les activités communautaires

En février, les abonnés « ont salué avec plaisir » l’arrivée du premier numéro de la Tribune.

Il est étonnant de voir les initiatives qui se prennent et qui ont un grand succès. À la fin de février, madame Anaïs Lamoureux a eu « l’heureuse inspiration» d’organiser une course en raquettes.

La Tribune écrit que : tout porte à croire qu’au mois de mai il n’y aura plus un seul hôtel licencié dans le comté de Wolfe tant le mouvement de la tempérance prend des proportions gigantesques ».

Le 4 mars, un professeur appelé Morris et sa troupe ont donné une représentation d’exercices acrobatiques dans la salle Lemay.

Le 8 mars, des propriétaires de chevaux ont participé à d’intéressantes courses de chevaux sur la rivière Au Saumon. Edward Tanguay et A. Moreau fils étaient les juges.

Un dimanche de la fin de mars, monsieur Péloquin a invité parents et amis à venir saucer la palette et manger de la tire et pudding chez lui sur le chemin de Weedon. Le dimanche suivant, Jos. Tisdel a, à son tour, sucré le bec de ses invités.

À la salle Lemay, la population de Weedon a reçu les membres du Cercle national de Lac Mégantic qui venait présenter une soirée dramatique. L’Expiation, une comédie en 5 actes, était au programme; une autre comédie en deux actes intitulée À qui le neveu? a suivi.

Les activités récréatives

Au lac Louise pendant l’été, les jeunes se rassemblent à la Villa Antoinette qui appartient à Adolphe Tanguay. La pêche est fructueuse puisque brochets, anguilles et carpes y sont pris. On dit même qu’un monsieur Hector Harpin avait eu à tirer sa ligne à 68 reprises et chaque fois, un poisson de poids raisonnable y apparaissait. À l’occasion du 15 août, près d’une centaine de personnes ont passé une belle journée sur les rives du lac Louise à la Villa Antoinette.

Les propriétaires Tanguay invitaient d’autres familles telles que les Goulet, Bernier, Bourgault, Bourget et Benoît. On y entendait les cris de joie et les éclats de rire de la villa voisine que possédait le docteur P.-Cyrénus Lemieux. Ils profitaient tous du lac Louise qu’on disait le plus beau des alentours. De plus, on disait déjà que plusieurs emplacements étaient à vendre sur les abords enchanteurs et accueillants de ce lac.

On fait connaître qu’à Weedon Mlle Thérèse Bourget 5 ans s’est démis un bras en tombant de la balançoire.

Sur le terrain de monsieur Pierre Fortin, une grande représentation donnée par la troupe « Barré » a eu lieu lors d’une belle journée du 21 juillet grâce à une grande tente installée pour cette occasion.

Un club de baseball était en fonction au cours de cet été puisque le journal annonçait l’annulation du 26 juillet.

Le 31 juillet, une excursion a eu lieu à Thetford Mines. Quarante personnes y ont participé et ont profité de cette belle journée pour aller voir jouer leur équipe de baseball. Une autre excursion par le Québec Central a eu lieu le 17 août; le club local a perdu la rencontre 8 à 7 aux mains du club de Thetford Mines. Le coût du voyage était de 1,40 $ chacun. On y fait connaître deux joueurs, MM. Rivard et Perron.

Monsieur Philippe Lussier, marchand de Weedon, a organisé une partie de pêche chez des amis en Beauce, Dr Nadeau à Beauce Jonction et l’avocat Fortin à Saint-Évariste.

On raconte qu’il y aurait une histoire de monstre au Lac Maskinongé dans le canton de Stratford…

À la fin d’août à la salle Lemay, se tenait une séance récréative donnée par la troupe des Joyeux. On y a joué « Poignard », un drame en un acte par Théodore Botrel et trois opérettes « Le moulin du chat qui fume » de Leroy Villas, « Quand on conspire » de Antony Meis et « Une minute trop tard ». Il y a eu des chants et de la musique pendant les entractes.

L’exposition du comté de Wolfe est organisée à Marbleton à la mi-septembre. Monsieur Frédéric Saulnier y a remporté deux prix pour la qualité de ses chevaux.

Monsieur Jos. Lapointe a été professeur de l’Harmonie de Weedon pendant de nombreuses années.

Au début d’octobre, MM. Gosselin et Lussier, marchands de Weedon, ont organisé un pique-nique au chalet de « Batoche » offert gracieusement par son propriétaire, monsieur Tisdel. Les invités étaient principalement des hommes d’affaires de Weedon et de Lac Weedon. En voici la liste : J.-H. Bourget notaire, P. Lafond marchand, J. Gamache marchand, Hippolyte Lussier marchand au moulin Fontaine, Charles Lemay marchand de bois, Lewis Lalumière forgeron, Napoléon Mercier forgeron, A. Moreau agent de la compagnie Singer, Jos. Tisdel propriétaire du chalet, Victor Péloquin commerçant, Arthur Lussier marchand du Lac Weedon, Napoléon Tanguay député provincial, Gédéon Bourque orfèvre et quelques autres.

Décès, maladie et accidents

Au cours de l’année 1909, la petite paroisse de St-Gérard a eu 25 décès et 24 naissances.

Depuis le début de l’année, on déclare que la maladie court chez plusieurs résidents de Lac Weedon. En effet, dame Georgiana Brière souffre d’une maladie grave. De même, messieurs Auguste Tremblay, Joseph Morin et madame Aimé Côté sont dangereusement malades aussi. Dans le mois suivant, monsieur Bernard Tanguay a souffert des fièvres typhoïdes puis s’en est heureusement remis. Ce sera au tour de William Galipeau de Weedon-Centre de ne pouvoir améliorer son cas. Puis, on annonce la maladie de Hyacinthe Hébert et Norbert Lemay. Au mois de mars, monsieur Pierre Després est gravement malade à son tour.

M. S. Galipeau et Mme D. Galipeau de Weedon-Centre autrefois de Lac Weedon sont gravement malades.

À la fin d’avril, la grippe et les maladies pulmonaires sont à l’état d’épidémie chez nous à Lac Weedon. Personne n’échappe à ces fléaux. On y découvre même plusieurs cas de fièvre typhoïde.

De toutes ces personnes frappées par la maladie, monsieur Auguste Tremblay est décédé en mars à l’âge de 73 ans. Ancien navigateur sur le Saguenay et sur le Saint-Laurent, il s’était établi comme cultivateur au Lac Weedon. Par la suite, à la mi-mars, ce sera au tour de Norbert Lemay de nous quitter à l’âge de 71 ans. Il avait été un pionnier de la paroisse, puis conseiller et maire de Weedon-Centre pendant de nombreuses années. Mlle Aurore Fontaine fille de Joseph est décédée après quelques jours de maladie. Au début d’avril, les funérailles de madame Charles Fournier, de madame Pierre Gauvin et de monsieur Hyacinthe Hébert ont eu lieu à Weedon à quelques jours d’intervalle.

À la mi-avril, Mary Galipeau, fille d’Octave, décède à son tour à l’âge de 12 ans; puis madame Aglaée Daigneault, épouse de Henry Proulx décède après une longue maladie à 74 ans. Sa fille et ses nièces viendront de Duluth, Minnesota pour les funérailles. Ce sera le tour de Pierre Després, malade depuis plusieurs mois, qui décèdera ainsi que Louise Vertefeuille, épouse d’Antoine Lussier à 80 ans qui vivait au Moulin Fontaine.

Un garçonnet Morrison s’est noyé à Gould et Jos. Morin 5 ans est décédé d’une inflammation pulmonaire. Dame Clarisse Gaudet, épouse de Pierre Fortin est décédée à 78 ans à la fin d’avril.

Un malencontreux incident est survenu sur la rivière Au Saumon alors que monsieur Alzire Blais a enfoncé dans l’eau avec ses deux chevaux qui descendaient un voyage de dormants. Le secours rapide est venu heureusement lui sauver la vie ainsi qu’à ses deux bêtes.

La Dominion Chemical Company fait une nouvelle victime. Monsieur Isaac Magnan est tombé malencontreusement dans un réservoir contenant de l’acide en ébullition alors qu’il a fait un faux pas. Transporté à sa demeure, Dr Cyrénus Lemieux lui prodigua les premiers soins. L’acide ne lui avait épargné que la figure et un bras. Après 15 jours de terribles souffrances, ce jeune père de famille et époux est décédé le 5 mars en laissant trois jeunes enfants.

Encore à cette usine à la fin de mars, un chauffeur nommé Pintacost a été brûlé par la vapeur sortant d’un tuyau. Le malheureux a écopé de graves blessures à la tête, à la figure et à l’oeil gauche.

Monsieur Delphis Gagné est une victime d’un nouvel accident à la Dominion Chemical Shop. Étant sur un wagon, il fit une chute; une roue lui écrasa son bras gauche. Le malheureux blessé a dû subir, par la suite, l’amputation de son bras à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul.

Âgé de 14 ans, Albini fils de Rémi Desjardins est décédé de suites d’inflammation pulmonaire à la fin d’avril. Dans les jours suivants, le garçon de C.-A. Brière, âgé de 2 ans et demi est dangereusement malade et l’on craint pour sa vie. Heureusement, il a été annoncé qu’il avait repris la santé deux semaines plus tard.

Le corps du jeune Morrison, noyé il y a quelques semaines au village de Gould a été retrouvé dans la rivière au Saumon à Weedon.

Un curieux accident est arrivé à la jeune Jeannette Després âgée de 10 ans le 17 mai à la demeure de Mme veuve Pierre Després à Weedon. « Elle était à chercher un objet dans une armoire lorsque tout à coup un explosif placé là par mégarde, explosa… Elle fut affreusement brûlée à la figure. Elle a dû subir l’amputation du pouce, de l’index et du majeur de la main gauche ».

À la mi-mai, M. Joseph Rousseau fils de Jean-Baptiste s’est noyé accidentellement en faisant le flottage du bois en Ontario. Au cours de la même période, nous avons célébré les funérailles de madame Léocadie Tétreault, épouse de Édouard Fortier.

Alfred Courtois fils du cordonnier s’est fait écraser trois doigts sous une chaîne à monter les billots au moulin de monsieur Adolphe Tanguay.

Madame A. Biron, épouse de Jean-Baptiste Delude, est décédée à l’âge de 65 ans. Nous constatons par la parenté présente aux funérailles comment les descendants de notre fondateur Germain, dont elle est la petite fille, sont parsemés à travers notre région et la Nouvelle-Angleterre. Son frère Luc venait de Sherbrooke; madame Harpin, sa soeur, de Disraeli; madame Sénécal sa soeur, de Conistock Bridge; Alphonse Biron et A. Biron ses frères, de Manchester; madame Tisdel sa soeur, de Weedon.

Madame François-Xavier Galipeau s’est cassé un bras dernièrement alors que son mari a eu la malchance de s’écraser deux doigts sérieusement en aidant son garçon au battage.

Un jeune père de famille de Lac Weedon David Pépin est décédé à l’âge de 30 ans après une courte maladie de deux semaines. Il laisse pour le pleurer son épouse et quatre jeunes enfants.

En octobre, monsieur Philémon Tanguay a été déclaré atteint des fièvres typhoïdes. Toutefois, il s’en sort bien. On qualifie ces fièvres de quasiment épidémiques. À la mi-novembre, J. Boucher, ferblantier de Weedon, est atteint à son tour de ces dangereuses fièvres. Ce dernier en décédera à la fin du mois.

L’épouse de Jos. Michaud est décédée. Elle a été trouvée morte au retour d’un de ses enfants de l’école. Situation encore plus pénible, son mari est parti, il y a quelque temps, pour aller acheter des lots dans le Témiscamingue. Personne ne sait où le rejoindre.

Monsieur Larin, boulanger est obligé, sous les ordres de son médecin, d’arrêter de travailler à cause de son état de santé.

Monsieur Ovide Lacroix, travailleur à la scierie de G. Morin, est tombé sans connaissance pendant son travail. Du secours lui a été apporté. Ce fut inutile. Il venait probablement de subir une syncope du coeur. Une enquête sera tenue par le Dr. Lemieux.

Monsieur Eusèbe Côté, un des premiers pionniers de Weedon est décédé après une longue maladie à Windsor Mills.

Monsieur Félix Galipeau est malade à son tour.

Autres événements

Monsieur Félix Galipeau a failli perdre une paire de chevaux en se rendant sur les îles du lac Weedon alors que les glaces ont cédé sous le poids des chevaux et de la voiture. Après une bonne frousse et une couple d’heures de travail, il a réussi à sortir des chevaux de trait de leur situation. Heureusement, le lac n’était pas profond à cet endroit.

Messieurs Beaudoin et Beauregard sont embarqués pour se rendre à Leeville en Saskatchewan. Par contre, à la fin de mars, David et J.-F. Giguère de Lac Weedon reviennent des chantiers du Maine.

Le 25 avril, on écrit : « Madame automobile » a défilé par nos rues, hier, C’est la première de la saison.

Monsieur Jean-Baptiste Levasseur journalier de Weedon prenait un raccourci par le chemin du moulin Champoux; il a été attaqué par deux apaches. Le pauvre s’est vu enlever sa montre et sa chaîne par l’un, alors que l’autre l’avait saisi par les épaules.

Deux jeunes messieurs du lac Weedon n’ont pu maîtriser leur cheval qui se dirigeait sur un poteau. Avant cet impact, monsieur Josaphat Goulet a réussi à sauter de la voiture; il a été trouvé inanimé, puis transporté à l’hôtel Commercial. Il souffrait de blessures à la tête.

Le magasin de Monsieur Albert Brière a été visité par des voleurs pour la deuxième fois depuis quinze jours.

Deux jeunes filles de Weedon ont failli perdre la vie d’une manière tragique au début d’octobre. Mlles Victoria Bertrand, institutrice et Delphine Després étaient en promenade en compagnie de Alfred Després. Les jeunes ont voulu traverser la rivière en bac au rang II. Lorsque le bac commença à quitter la rive, le cheval avança faisant chavirer le bac. Les deux demoiselles et la voiture furent jetées à l’eau. Mlle Bertrand subit le contrecoup et fut projetée sous l’eau où elle disparut à plusieurs reprises. Monsieur Bourque voyant la scène de sa fenêtre alla la sauver avec sa chaloupe. Mlle Després a tenu les rênes du cheval qui nageait vers la rive. Mlle Bertrand s’en tira malgré tout qu’avec une bonne grippe.

Monsieur Louis Fortin de Lac Weedon qui a été éprouvé par la maladie et par de lourdes pertes de toutes sortes depuis le printemps n’a pas terminé ses malheurs. Il a perdu le seul cheval qu’il avait.