Année 1915

/Année 1915
Année 1915 2018-03-24T11:17:43+00:00

La Vie paroissiale

Au début de janvier 1915, un vote de remerciements a été proposé et adopté pour l’abbé Lefebvre pour l’ensemble des travaux exécutés en 1914, l’année « du grand dérangement ».

Mlle Rose de Lima Morin dirige le chant et la musique dans la paroisse de St-Gérard.

Le 11 juillet, a eu lieu la bénédiction solennelle du magnifique calvaire généreusement offert par monsieur Jean-Baptiste Caron à l’entrée du cimetière de la paroisse St-Janvier de Weedon. Quelques semaines auparavant, cette belle croix avait été érigée dans ces lieux.

Notre curé l’abbé Lefebvre doit prendre un temps de repos pendant une période indéterminée. L’abbé I.A.O. Huard est nommé administrateur de la paroisse pour la période d’absence de son pasteur.

Lors de son voyage à Rome avec Mgr Larocque, notre curé de St-Gérard a apporté la reconnaissance de Sa Sainteté le Pape Benoît XV pour la dévotion en Saint Gérard Majella. Le Pape a donc reconnu la petite église du Lac Weedon dans le diocèse de Sherbrooke comme étant un lieu de pèlerinage dédié à Saint Gérard non seulement pour ses paroissiens, mais pour ceux des paroisses étrangères.

Monsieur le curé Lefebvre a terminé sa visite de la paroisse. Il y a dénombré 320 familles, 1 235 communiants, 439 non-communiants, 454 enfants fréquentant les écoles, dont 214 garçons et 240 filles. La population catholique de la paroisse s’élève à 1 674 âmes. Le pasteur a trouvé que l’aisance régnait dans la majorité des familles.

Monsieur le curé est revenu dans sa paroisse après une absence de six semaines pour cause de maladie. Mgr l’évêque lui a désigné un deuxième vicaire dans la personne de l’abbé Têtu qui était professeur au Séminaire de Sherbrooke.

La Vie scolaire

Messieurs Dominique Gosselin et J.P.C. Lemieux faisaient partie de la commission scolaire de Weedon-Centre. Ce dernier en était le président.

Voici les prix distribués lors de la distribution des récompenses le 24 juin au couvent de la Présentation de Marie :

Bonnes notes : Rose-Anna Daviau, Lorette L’Heureux, Maria Brière, Marie-Jeanne St-Denis, Fernande Lemieux, Anna Giguère et Maria Brunelle.

1er prix en anglais, première division : Germaine Beaudry.
2e prix en anglais, première division : Rose-Anna Daviau.
1er prix en anglais, deuxième division : Rachel Beaudry.
2e prix en anglais, deuxième division : Jeanne Després.
Prix de travail : Berthe Leblanc.
Prix de bonnes notes : Jeanne Després et Adrienne Bourget.
Prix de concours : Rachel Beaudry.
Prix de grammaire française et de composition : Germaine Beaudry.
Prix d’arithmétique, première division : Lorette L’Heureux.
Prix d’arithmétique, deuxième division : Florence Lépine.
Prix de l’instruction religieuse : Albert Galipeau et Germaine Beaudry.
Prix du succès : Rose-de-Lima Proulx et Rose-Anna Daviau.
Prix d’honneur : Lorette L’Heureux, Florence Lépine et Eugène Grenier.
Prix d’honneur et de succès : Germaine Beaudry.
Prix de bonne conduite, d’application, d’ordre et de politesse : Eugénie Grenier.
Prix de théorie musicale, médaille d’or : Marie-Jeanne St-Denis.
1er prix de musique vocale, médaille d’or : Berthe Leblanc.
2e prix de musique vocale : Rose-Berthe Bourgault.
Prix de musique instrumentale : Fernande Lemieux.

Mlles Eugénie Grenier, Florence Lépine et Berthe Leblanc, étudiantes au couvent de Weedon, ont réussi à obtenir leur brevet devant le bureau central des examinateurs catholiques de Sherbrooke.

Au début de septembre, les jeunes R. Lafond, J.C. et Paul-Henri Bourget sont partis poursuivre leurs études au Séminaire St-Charles Borromée de Sherbrooke. Messieurs H. Brunelle, J. Proulx et S. Benoît étudient à Iberville. De leur côté, Mlles Angélina Delude et Yvonne Domon fréquentent l’École Normale de St-Hyacinthe chez les religieuses de la Présentation de Marie.

Dans La Tribune du 26 octobre, il est annoncé que l’école du 9e rang s’ouvrira le 2 novembre suivant.

La vie municipale

Une commission spéciale a été créée par le conseil municipal de St-Gérard pour résoudre le problème de la traverse au cimetière qui passe au travers de la cour du Québec Central. La solution pourrait être la création d’une nouvelle rue qui se rendrait au cimetière sans passer par la cour de la voie ferrée. Cette commission se compose de Ferdinand Fontaine qui est conseiller, de Étienne Magnan et de deux membres de la Chambre de Commerce, messieurs Louis N. Leblanc et Richard Giguère.

Monsieur Louis Brisson a été réélu maire du Canton de Weedon pour la 2e fois.

Monsieur J. Tisdel était le maire de Weedon-Centre. Il est décédé soudainement au mois de juillet alors qu’il était en poste. Étaient membres du conseil, messieurs Damien Després, Paul Péloquin, J.-N. St-Denis et E. Giguère.

La vie communautaire

La vitesse des autos devient intolérable dans la municipalité de St-Gérard. Des remèdes devront être apportés à ce problème.

De belles fêtes ont eu lieu chez monsieur P. Biron au mois de septembre à l’occasion de son 77e anniversaire de naissance. Un excellent dîner aux poissons pris par le fêté lui-même a été servi aux invités. Parmi eux, monsieur Blouin a fasciné le groupe par son adresse de maître magicien.

Une assemblée de dames du village a formé un comité chargé de confectionner des vêtements et de la lingerie pour les familles des soldats français et belges. Madame J.C. Lussier en est la présidente. Elles se réunissent pour coudre. Elles espèrent pouvoir expédier une grosse caisse de linge au comité franco-américain.

Le milieu des affaires

Un nouveau sellier s’est installé à Weedon, monsieur Alphonse Trudel.

Monsieur Lucien Roy a fermé boutique en janvier pour cause de santé. Il exerçait le métier de ferblantier. Monsieur J. Lemay de Scotstown prendra la relève.

Monsieur Euclide Foisy possède une fromagerie à St-Gérard. Parmi ses treize enfants, seul Arthur demeure encore avec ses parents. La plupart des autres enfants sont exilés aux États-Unis dans la région de Springfield. Èva, de son côté, demeure dans l’Ouest canadien.

À la mi-janvier, monsieur Léger Giguère a acheté une fromagerie à Ste-Marguerite de Lingwick Il prévoit la déménager sur un terrain situé près de l’église.

Monsieur Adolphe Tétreault exerçait le métier d’orfèvre dans la municipalité voisine de Marbleton.

Plusieurs propriétaires de St-Gérard ont l’intention d’installer la lumière électrique dans leur demeure au village. Ce projet a commencé à se réaliser au mois de mars dans certaines demeures par Messieurs Noël Leblanc de Garthby et Leblanc de Weedon.

Incorporée le 19 février, une puissante compagnie dont le principal lieu d’affaires sera Weedon vient d’être formée sous la raison sociale de Ascot Copper Mining Company. Les directeurs sont Louis Bourgault marchand-tailleur, Paul Péloquin boucher, Alfred Leblanc maçon de Weedon, Euclide Paquin entrepreneur d’East Angus et Doria Marin opérateur-télégraphiste d’Ascot. Cette nouvelle corporation se donne plusieurs champs d’action, dont l’achat des biens et la réalisation d’activités touchant les mines, puis le développement et l’expansion de l’électricité, la fabrication et la vente de produits et articles manufacturés de toutes sortes. Le fond social de cette compagnie est de 99 009 $ divisés en 3 996 actions de 25 $.

Une rumeur a circulé que notre boulanger monsieur Alcide Robitaille vendrait sa boutique à monsieur Émile Doucet.

Monsieur A. Lecouédic a repris ses activités de sellier à Weedon. Dans le même temps, monsieur Louis Palardy qui exerçait le métier de cordonnier est retourné aux États-Unis.

Monsieur Achille Després s’est engagé par contrat à vendre des remèdes patentés dans le comté de Compton.

Les portes de la manufacture d’alcool méthylique sont fermées depuis plusieurs mois même si une grande quantité de bois est rendue dans la cour au mois de mars. On rappelle que le conseil de la paroisse avait donné 10 000 $ en bonus si elle fonctionnait. On se demande si les conditions émises ont été remplies.

Les opérations de la scierie Morin de St-Gérard sont terminées pour la saison depuis le 20 mars. Le responsable, monsieur Noël Carrier, est retourné à St-François-Xavier de Brompton.

Monsieur Edmond Morin de st – Gérard est parti à Notre-Dame-des-Anges dans Portneuf où il doit faire l’installation des machineries dans une nouvelle mine pour le compte de la East Smelting Co de Weedon.

La Impérial Oil Co fait encore affaires à St-Gérard qui reçoit la visite de monsieur J.-P. Plaw.

Les travaux d’électrification de certaines demeures de Lac Weedon ont été certifiés après examen de l’inspecteur du gouvernement excepté deux d’entre elles. D’autres travaux ont été réalisés par la suite pour installer la lumière électrique dans notre église.

Plusieurs citoyens de notre petite municipalité parlent d’aller faire une expédition en Abitibi. Avec humour, on écrit que l’on peut faire de « l’Abatis » dans le 9e et 10e rang de Weedon, notre petite Abitibi, à peu de frais et sans que ça ne coûte un sou.

Monsieur Hubert Blouin a fait encan de ses biens et du roulant de sa ferme pour aller résider à Thetford Mines où il prendra du travail dans les mines.

Monsieur Charles Labonté était le gérant de la Banque de Commerce de Weedon en 1915. Monsieur J.G.Roy en était l’assistant.

Monsieur Louis Fortin, originaire de St-Gérard, est revenu de Manchester dans le New Hampshire. Il a acheté la propriété de monsieur Jean-Baptiste Morissette.

À la mi-juin, les travaux sont recommencés à la mine de Stratford, d’après un article paru dans La Tribune.

À la fin de juillet, la Weedon Chemical Co a été créée à Weedon avec un capital de 12 500 $. Les promoteurs sont messieurs Charles Water Cate, C.R. Perley avocat, Charles Dickinson White, Jean May Stewart comptable et Agnès Dick sténographe de la cité de Sherbrooke. Cette corporation aura des activités reliées à la distillation du bois et à la fabrication et la vente de produits chimiques et pharmaceutiques.

La Berman Dye Works ltée a été incorporée par messieurs Isodore Popliger, Joseph W. Whelan, Hohn McNaughton avocat, Euclid Hauld surintendant et Adilphe Berman marchand de la cité de Montréal. Cette compagnie au capital de 20 000 $ dont le centre est Montréal agira dans l’industrie du blanchissage, la coupe de vêtements, la fabrication, la vente et l’importation d’habits.

Dès la mi-août, monsieur Charles Gauthier a entrepris la coupe de 8 000 cordes de bois à St-Gérard pour le compte de la Weedon Chemical Co. Il emploie actuellement 60 hommes et il en a besoin de d’autres.

La compagnie Brompton Pulp et Paper est en train de construire un quai à la Pointe-aux-Chênes dans la région de St-Gérard pour y faire accoster ses bateaux le printemps

Monsieur A. Labrie qui était le boulanger de monsieur Brunelle laisse son occupation pour s’occuper de la voiture de livraison. Monsieur Brunelle redevient donc boulanger. Ils ont échangé leur ouvrage.

Monsieur Desjardins de Weedon apprend la télégraphie chez monsieur J.E. Beaubien de St-Gérard.

Mme Veuve Joseph Tisdel a quitté Weedon pour Stratford. Son François Tisdel a acheté la ferme située en face de l’église.

À son tour, monsieur Joseph Brisson a vendu sa terre à un cultivateur de St-Victor de Tring.

On parle beaucoup de construire un aqueduc à Weedon-Centre. Le village ne possède qu’une petite pompe en cas d’incendie.

La situation économique à Weedon semble être bonne. Les récoltes sont meilleures que plusieurs années précédentes. Les chantiers donnent beaucoup de travail. Puis, la manufacture à la station fonctionne bien depuis sa réouverture. À la mine de Fontainebleau, l’on travaille jour et nuit. Une masse salariale de 22 000 $ mensuellement a été distribuée aux travailleurs le mois dernier.

À St-Gérard, environ trois wagons de sapins ont été expédiés vers Boston, New York et Philadelphie cet automne. Achetés à vils prix c’est-à-dire à un sou l’unité, ils serviront d’arbres de Noël chez Oncle Sam. On déplore cette exploitation peu sage de nos forêts pour nos petits-enfants.

Monsieur François Boucher exerçait le métier de forgeron à St-Gérard.

Le Québec Central fera installer la lumière électrique à la gare au mois de décembre. Cette amélioration s’avérait d’un grand besoin.

Le 28 décembre, un sérieux incendie s’est déclaré à Weedon-Station. Les flammes ont détruit presque complètement les usines de la Chemicals Works Co. Les dommages ont été évalués à 15 000 $. Le feu s’était déclaré à l’intérieur de la bâtisse principale vers les six heures du matin. Malgré les efforts des employés aidés d’un groupe de pompiers volontaires, les flammes s’étaient rapidement propagées et avaient complètement détruit les bâtisses une heure plus tard.

Pendant quelques instants, l’on craignait de grandes explosions à cause des nombreux réservoirs remplis de liquides inflammables. Les employés avaient réussi à ouvrir les valves pour que le liquide s’échappe à l’extérieur et loin des flammes. Toute la charpente construite en bois a été détruite alors que les fondations en ciment n’ont pas été affectées par l’incendie.

Loisirs et vie culturelle

Un grand nombre d’amis se sont réunis pour faire une partie de cartes chez monsieur L.N. Leblanc. Cette fête a été accompagnée de chants, musique et rafraîchissements.

Le club de balle de St-Gérard a rencontré l’équipe de Stratford. Cette dernière a subi la défaite au compte de 16 à 8.

On avertit que la saison de la chasse arrive. Il est nécessaire que les chevreuils, lièvres et autres animaux prennent garde aux « Boches » qui se trouveront dans les bois.

Les gens sont occupés, mais ils trouvent le temps pour jouer des tours. Un homme bien connu de Weedon s’est si bien déguisé qu’il a réussi à « bénir » de nombreux amis de St-Gérard qui pourtant le connaissait bien. Une fausse barbe patriarcale d’une blancheur immaculée agencée d’un haut de forme trompeur lui avait donné l’apparence d’un grand prélat; il avait tellement bien réussi que tous ceux qui le rencontraient recevaient sa « bénédiction ». Il se faisait un grand plaisir de les voir s’agenouiller avec un grand respect devant lui. Après qu’ils aient découvert cette vilaine arnaque, plusieurs « bénis » se sont bien promis une revanche exemplaire.

Pour souligner le temps des fêtes, quelques parties de Euchre ont eu lieu le 16 décembre dans la salle Péloquin. Elles furent tenues au profit de l’église St-Janvier de Weedon. Plusieurs amis de Disraeli, de Garthby, de St-Gérard, de St-Raymond, de Ham Sud, de Marbleton, de Sawyerville et de Sherbrooke sont venus nous encourager par leur présence et leurs écus. L’esprit était à la fête. Une franche camaraderie régnait. Des chansons joyeuses et des morceaux de musique ont agrémenté la rencontre des plus joviales.

Décès, maladie et accidents

Monsieur Georges Biron, fils de Germain le fondateur, est décédé au début de l’année.

On note qu’aucun décès n’a eu lieu au cours du mois de février. Malgré que beaucoup de cas de variole aient été déclarés, cette situation est considérée comme étant exceptionnelle.

Monsieur et madame Philibert Lussier de l’hôtel Commercial de Weedon ont perdu leur jeune fille Imelda qui était une élève au couvent des religieuses de la Présentation. Elle n’avait que six ans et huit mois lors de son décès.

Une tragédie est survenue à St-Gérard au mois de juillet 1915. Le corps de monsieur Georges Drolet de St-Sauveur a été trouvé mutilé sur un terrain public de la paroisse. Les blessures découvertes sur cet homme ont permis au coroner de prononcer un verdict de suicide dans un moment d’aliénation mentale. La famille de l’infortuné croit qu’il y a eu assassinat.

St-Gérard est dans le deuil à plusieurs reprises au cours du mois de juillet. En effet, Marie Rachel Idola, enfant de Osias Lebrun âgée de 4 mois seulement, est décédée. Quelques jours après, ce fut au tour de madame Louis Caron. Samedi de cette même semaine, Alexis Pépin, âgé de 33 ans, laissait sa jeune épouse et ses deux petits pour le pleurer.

Madame Louis Caron, née Rosalie Côté, est décédée à 68 ans. Elle laisse son mari et cinq fils pour le pleurer.

Le jeune Olivain Fortin, fils de Louis Fortin est décédé le 27 novembre. Monsieur et madame A.J. Morin de Garthby ont perdu leur jeune fils qui s’est noyé dans le lac Aylmer.

Autres

Messieurs Philémon Tanguay et Henri Gosselin qui s’enrôlent à St-Jean dans le Royal Canadien français sont venus passer le temps des fêtes dans leur famille à St-Gérard.

On souligne qu’un charlatan ambulant aurait fait le tour de notre paroisse en prétendant guérir tous les maux qu’on lui confiait. Ce marchand voyageur n’aurait pas fait fortune pendant son court séjour à St-Gérard.

À St-Gérard à la mi-novembre, le pont en aval du lac Aylmer a cédé sous une charge trop grande. La municipalité de Stratford avait loué à Weedon un immense rouleau pour finir le gravelage de deux ou trois milles de chemin. En retournant cet équipement et en passant sur le pont de la rivière St-François, l’accident est survenu. Lorsque l’énorme charge tirée par quatre paires de chevaux a passé au-dessus de l’ouverture libre qui sert au flottage, les poutres et madriers ont cédé. L’immense poids se détacha de son attelage et culbuta en bas en entraînant l’un des conducteurs, monsieur Hormidas Dolbec. Heureusement, il n’a reçu que quelques égratignures accompagnées d’un bain froid et d’une peur bleue. Par contre, les dommages sont considérables. Avec beaucoup d’argent, les choses seront remises dans son état normal. Monsieur Edmond Morin aura la charge de sortir ce rouleau de sa position précaire.

Beaucoup de jeunes gens sont partis et même installés dans les bois pour l’hiver. Plusieurs autres les suivront d’ici la fin du mois de novembre espérant en sortir avec une belle cueillette de billets de banque.

À la fin de novembre, une assemblée publique a été tenue à St-Gérard afin de faire du recrutement pour la 5e division de l’armée. Un comité a été formé par les autorités militaires. Ce sont messieurs le maire Adolphe Lussier, J.Albert Brière et J.S. Croteau qui y ont été nommés. C’est à eux que s’adresseront ceux qui veulent s’enrôler pour le service actif.

Des nouvelles nous viennent du front. Philémon Tanguay fils de Philias écrit à sa famille : « Nous étions quatre soldats hors des tranchées, deux furent tués, un autre a eu la bouche fendue et moi, j’ai eu ma pipe cassée dans ma bouche par un éclat d’obus ». Au cours de la semaine suivante, une autre lettre de notre brave militaire, en action sur le front français, est parvenue à sa famille. Il écrit à ses proches que « les balles des « Boches » ne peuvent l’atteindre et qu’il est en bonne santé ».

Le 22 décembre, La Tribune a reproduit un article de la Presse de Montréal dans ses pages. On y fait mention que des soldats du 22e régiment ont accompli un bel exploit. Le lieutenant Roméo Dupuis et le soldat Émile Groleau, deux volontaires de Sherbrooke se sont fait accompagner par le caporal P.E. Bélisle et cinq soldats originaires de notre région. Ce sont Émile Groleau, Albert Brière, Omer Lemay, Édouard Goulet et Alfred Jasmin qui, après la demande du lieutenant, s’étaient montrés volontaires pour faire une reconnaissance dans un cratère en face de nos lignes de tranchées. Aussitôt l’ordre reçu, le lieutenant R. Dupuis, commandant de la section des bombardiers, a choisi et désigné ces braves soldats pour exécuter cette mission dangereuse. Dans cette attaque, dix « Boches » ont été tués ou ont été faits prisonniers par nos braves Canadiens français. Par la suite, cinq soldats et deux officiers allemands ont été capturés par ce même groupe de braves. Honneur à ces jeunes originaires de St-Gérard et de Weedon!