Paradis, Louis

//Paradis, Louis
Paradis, Louis 2018-03-25T13:43:26+00:00

Ancêtres de Louis Paradis (Lignée paternelle)

  • LOUIS PARADIS
    27 décembre 1947
    Ste-Marguerite de Lingwick
    THÉRÈSE LAPOINTE

  • JOSEPH ERNEST PARADIS
    24 août 1915
    St-Sébastien
    MARIE ANNA BILODEAU

  • DAMASE PARADIS
    9 novembre 1869
    St-Sébastien
    MARIE ROSE ROSALIE BLOUIN

  • LOUIS PARADIS
    28 juillet 1835
    Charlesbourg
    MARIE JOBIN

  • CHARLES PARADIS
    8 janvier 1798
    Charlesbourg
    ÉLISABETH MARTEL

  • JEAN-BAPTISTE PARADIS
    26 janvier 1767
    Charlesbourg
    FRANÇOISE ANGÉLIQUE BÉDARD

  • JEAN-BAPTISTE PARADIS
    10 juillet 1741
    Charlesbourg
    MARGUERITE JOBIN

  • JEAN PARADIS
    21 novembre 1718
    Beauport
    FRANÇOISE TESSIER

  • JEAN PARADIS
    5 février 1679
    Québec
    JEANNE PAQUET

  • PIERRE PARADIS
    11 février 1632
    Mortagne, Orne, France
    BARBE GUYON

  • JACQUES PARADIS
    1604
    Mortagne, Orne, France
    MICHELLE PELLÉ

Données sur les ancêtres Paradis

Louis Paradis a été secrétaire-trésorier de la municipalité de Weedon et de la Commission scolaire de Weedon pendant de nombreuses années.

Pierre, premier arrivant Paradis ancêtre de Louis, s’était marié en février 1632 à Mortagne, Orne, en France avec Barbe Guyon. Il était le fils de Jacques Paradis qui lui était l’époux de Michelle Pellé depuis 1604 et demeurait en Mortagne en France. Pierre Paradis était coutelier de métier et est venu en Nouvelle-France avec son épouse Barbe et sa belle-famille dont le père Jean Guyon était l’arpenteur du roi et maître-maçon. Pierre Paradis a eu un fils Jean qui s’est marié dans la ville de Québec en 1679.

Depuis le milieu du XVIIe siècle, six générations se sont succédé dans la région de Québec et Charlesbourg. Au milieu du XIXe siècle, le grand-père et le père de Louis ont pris épouse successivement à St-Sébastien d’où cette dernière famille est partie pour prendre racine à Weedon et y assurer une importante descendance.

L’ancêtre Pierre Paradis n’est pas le seul de ce nom à traverser l’Atlantique vers les années 1640. Plusieurs décennies plus tard, François-Joseph Paradis, venu de La Rochelle, s’est marié à Louise Constantin à Québec en 1727. Puis Roland Paradis, orfèvre venu de Paris, a épousé Angélique Boivin en 1728 à Québec.

D’après l’Institut des Statistiques, le nom de famille Paradis est le 74e patronyme le plus utilisé au Québec en 2006.

Gilles Magnan