Tardif, Falconio

//Tardif, Falconio
Tardif, Falconio 2018-03-25T09:19:10+00:00

Ancêtres de Falconio Tardif (Lignée paternelle)

  • FALCONIO TARDIF
    19 août 1950
    Weedon
    CÉCILE PICARD

  • EDGAR TARDIF
    25 janvier 1909
    Lévis
    LAURA GOSSELIN

  • LOUIS TARDIF
    13 mai 1889
    St-Henri de Lévis
    HENRIETTE TARDIF

  • LOUIS TARDIF
    16 avril 1855
    Québec
    SUZANNE MOISAN

  • FRANÇOIS TARDIF
    18 juillet 1829
    St-Henri de Lévis
    JOSEPHTE ROY

  • FRANÇOIS TARDIF
    19 juillet 1802
    St-Henri de Lévis
    MARGUERITE POIRE

  • GUILLAUME TARDIF
    17 novembre 1749
    St-Joseph de Lauzon
    MARIE-LOUISE GUAY

  • PIERRE TARDIF
    16 novembre 1722
    L’Ange-Gardien, Montmorency
    MARIE GENEVIÈVE BLOUIN

  • GUILLAUME LETARDIF TARDIF
    28 avril 1687
    L’Ange-Gardien, Montmorency
    MARGUERITE GODIN

  • OLIVIER LETARDIF TARDIF
    16 mai 1648
    Contrat Notaire Fleury, Québec
    BARBE ÉMARD

  • JEAN TARDIF
    Date inconnue
    Bretagne, France
    CLÉMENCE HOUART

Données sur les ancêtres Tardif

Monsieur Falconio Tardif fait partie d’une famille très nombreuse de Weedon. Avec son épouse, il a été propriétaire d’un centre de photographie plus d’une décennie. Il a été l’initiateur et le directeur général du Foyer L’Oasis de Weedon pour personnes âgées, devenu plus tard un des centres du CHSLD de la MRC du Haut-St-François. Durant près de quatre ans de novembre 1973 à avril 1977, il a siégé comme maire de Weedon-Centre. La population lui doit une grande reconnaissance pour la création du CLSC dont le siège a été fixé à Weedon.

Son père Edgar Tardif a joué un rôle très important dans divers organismes de Weedon, en particulier les municipalités de Weedon-Centre et du Canton de Weedon ainsi que la Caisse Populaire dont il fut l’un des fondateurs.

Falconio Tardif a comme premier ancêtre Olivier Le Tardif et Barbe Émard Aymart, sa deuxième épouse. Il l’avait mariée en deuxième noce devant le notaire Fleury le 16 mai 1648 à Québec. Auparavant, il avait pris comme première épouse Louise Couillard le 3 novembre 1637 à Québec. Dès 1618, il a été un des premiers colons venus d’Étables dans le diocèse de Brieuc en Bretagne, France.

Olivier a joué un rôle important dans la jeune colonie de la Nouvelle-France. Il fut nommé commis de la Compagnie des Cent-Associés, seigneur et juge Prévost en la Côte-de-Beaupré.

Les deux générations descendantes d’Olivier se sont installées dans la région de Québec, précisément à L’Ange-Gardien. Ensuite, les six autres générations suivantes ont vu leur mariage dans la région de Lévis et de Québec. Finalement, Edgar, père de Falconio, a quitté Lévis pour venir s’établir à Weedon. Il s’unira à Laura Gosselin, sa deuxième épouse avec qui il complètera sa famille de 21 enfants.

Malgré qu’Olivier soit le premier à venir en Nouvelle-France, trois autres Tardif ont traversé l’Atlantique dans les décennies ultérieures. Venu de Rouen, en Normandie, Jacques Tardif est l’un d’eux; il prend Barbe d’Orange comme épouse à Québec le 6 octobre 1669. Louis, arrivé de St-Georges de Poitiers en Poitou France, est le troisième de ce nom à se marier à Québec. Il épouse Marie Allance devant le notaire Ameau le 16 novembre 1669. Beaucoup plus tard le 29 août 1725, Jean Tardif mariera Madeleine Palin à Québec. Il provenait de St-Nicolas de La Rochelle, Aunis, France.

L’institut des Statistiques du Québec a classé le nom de famille Tardif au 121e rang parmi les patronymes les plus utilisés au Québec en 2006

Gilles Magnan